Val-d'Europe : « On a passé le cap de l'indécence »

le
0
Val-d'Europe : « On a passé le cap de l'indécence »
Val-d'Europe : « On a passé le cap de l'indécence »

638 699 € en moins dans ses recettes fiscales. La communauté d'agglomération du Val-d'Europe, qui accueille sur son territoire Disneyland Paris et une gare TGV, paie le plus lourd tribut de la Seine-et-Marne. « On a passé le cap de l'indécence », fulmine son président, Arnaud de Belenet (UDI). « Certes le Val-d'Europe, dans le cadre de l'opération d'intérêt national, perçoit plus d'argent que d'autres collectivités. Mais on nous demande également d'accueillir plus d'habitants, notamment des populations jeunes, et donc d'investir massivement dans la construction d'équipements publics. Tout le monde croit que le Val-d'Europe est riche, mais dans cette affaire, l'Etat confond chiffre d'affaires et bénéfices », tranche l'élu.

 

« Ce n'est pas bon pour l'emploi »

 

Le tour de vis réclamé par l'Etat au nom de « l'effort de redressement des finances publiques », touche particulièrement le plus grand département d'Ile-de-France, à l'est de Paris. Sur les 38,2 M€ au niveau national, sept communes et cinq intercommunalités contribuent à hauteur de 1,8 M€, soit 4,7 %. « Au moment où l'Etat se décharge de plus en plus de ses responsabilités sur les collectivités, on nous ponctionne encore de 180 000 € », regrette Alain Aubry (LR), le maire du Mesnil-Amelot, touché par cet arrêté.

 

Tout comme son voisin de Compans, Joël Marion (PCF), lui à hauteur de 79 720 € : « On met les collectivités à la diète pour boucher les déficits publics. Mais ce sont nos marges d'investissement qui sont atteintes, ce qui n'est pas bon pour l'emploi. »

 

Et dans certains cas, l'addition est présentée au mauvais moment. Pourtant durement touchées par les inondations de mai et reconnues en état de catastrophe naturelle, les communes de Bagneaux-sur-Loing (8 007 €) et Villiers-en-Bière (12 257 €) doivent aussi mettre la main à la poche. Les sommes sont minimes mais, vu les circonstances, nul ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant