Vague de froid : Joseph, sans abri, craint pour sa vie

le , mis à jour à 08:48
2
Vague de froid : Joseph, sans abri, craint pour sa vie
Vague de froid : Joseph, sans abri, craint pour sa vie

Pour se réchauffer, Joseph, 45 ans, ne possède qu'un sac de couchage rouge ultra-fin acheté 7 € dans un grand magasin de sport. «Avec ça, je ne peux pas dormir dehors quand il fait très froid, je sais que je risque ma vie. Il y a quelques semaines, j'ai passé la nuit sous un porche. Quand le Samu social m'a réveillé, je ne sentais plus du tout mes membres, impossible pour moi de bouger», confie ce sans-domicile-fixe croisé dimanche après-midi juste à côté de l'Olympia à Paris.

 

Avec des températures qui, au cours de cette semaine, dégringoleront dans la capitale jusqu'à - 5 oC, cet ancien croupier, à la rue depuis trois ans, va devoir à tout prix se trouver un abri. Plus que jamais, il va prier. «Depuis que je suis SDF, je crois en Dieu, il faut bien s'attacher à quelque chose», souffle-t-il.

 

Il décidera au jour le jour de son point de chute. «Il y a le 115, mais à chaque fois que j'appelle, j'attends trois quarts d'heure pour rien car on me dit finalement qu'il n'y a pas de place», regrette-t-il. Il tentera également de trouver refuge dans un gymnase ou une annexe de mairie mis à disposition par la Ville de Paris. Si c'est complet, il a pensé à d'autres solutions. «Si on ne me fout pas dehors, je me poserai dans une station de métro. Parfois, je réussis aussi à m'installer dans un parking souterrain, mais c'est de plus en plus compliqué, ils mettent de la sécurité à l'entrée. Quand les vigiles acceptent ma présence, je suis obligé de partir à 4 h 30 du matin. Mais, de toute façon, c'est toujours très dur car ça caille à l'intérieur», décrit ce galérien en treillis et anorak.

 

«Exceptionnellement», une chambre d'hôtel

 

Si la «manche» lui rapporte ces prochains jours «suffisamment d'argent», Jospeh pourra «exceptionnellement» se payer «une chambre d'hôtel à 30 €». L'ultime alternative est épuisante mais lui garantit des battements de cœur : «Lorsque je n'ai rien ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rleonard il y a 10 mois

    mais pour les etrangers en situation illegale, on en trouve de la place !!!

  • frk987 il y a 10 mois

    Le 115 est un vrai scandale, ça vide les batteries des SDF pour RIEN. Comme si les millions de fonctionnaires en trop ne pouvaient au moins répondre dans la minute, surtout pour dire qu'il n'y a pas de place. mais les SDF ne votent pas et tous les politicards s'en tapent complétement de ces gens.