Vague de froid historique au nord des Etats-Unis

le
0
Vague de froid historique au nord des Etats-Unis
Vague de froid historique au nord des Etats-Unis

Le nord des Etats-Unis s'apprête à subir la vague de neige et de froid la plus rude de ces deux dernières décennies ce samedi soir avec l'arrivée imminente de la tempête «Ion». Celle-ci succède à «Hercules», qui a fait 11 morts entre jeudi et vendredi dans cette région. Dimanche, les températures pourraient descendre à une trentaine de degrés sous le zéro dans certains Etats, notamment dans le nord du Minnesota, à la frontière avec le Canada, où la chaîne de météorologie The Weather Channel prévoit -32°C.

Le mercure continuera de baisser dans la nuit de dimanche à lundi et le nord du Minnesota perdra encore deux degrés en début de semaine, tandis qu'il fera jusqu'à -27°C dans le Dakota du nord et -24°C dans l'Iowa, selon The Weather Channel. En ce qui concerne les températures ressenties, c'est à dire la sensation de froid produite par le vent, elles pourraient descendre jusqu'à -50°C dans les endroits les plus touchés par les rafales.

Ecoles fermées dans le Minnesota

Le gouverneur du Minnesota Mark Dayton a d'ailleurs annoncé que les écoles publiques seraient fermées lundi. «J'ai pris cette décision pour protéger tous nos enfants des températures dangereusement froides qui sont prévues pour lundi. J'exhorte tous les habitants du Minnesota (...) à faire preuve de la plus grande prudence face à ces conditions météorologiques extrêmes», a-t-il expliqué dans un communiqué.

«L'exposition à des températures extrêmement froides peut être cause d'hypothermie ou de gelure», une lésion qui peut entraîner la nécrose des tissus de la peau, ont rappelé les services du gouverneur.  «La peau peut geler en cinq minutes à peine avec des températures ressenties de -45°C», ont ajouté de leur côté les services météo de Minneapolis et Saint Paul, les «twin cities» («villes jumelles») du Minnesota.

Match glacial de football américain

Dans le Wisconsin voisin, le match de football ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant