Vague de démissions à la tête du Parti socialiste espagnol

le
0
    MADRID, 28 septembre (Reuters) - Près de la moitié des 
membres du comité exécutif du Parti socialiste espagnol (PSOE) 
ont démissionné mercredi pour tenter d'obtenir la destitution de 
Pedro Sanchez, le secrétaire général du mouvement, ce qui 
pourrait débloquer une situation politique dans l'impasse depuis 
neuf mois, rapporte la presse.  
    Selon les quotidiens El Pais et El Mundo, auquel la radio 
Cadena Ser fait écho, 18 des 38 membres du comité ont renoncé à 
y siéger. Reuters avait auparavant été informé de leurs 
intentions, mais les démissions n'ont pu être confirmées. 
    Comme deux membres du comité avaient déjà démissionné il y a 
plusieurs mois et qu'un autre est décédé, plus de la moitié des 
sièges seraient désormais vacants, ce qui prive l'instance de sa 
légitimité. En pareil cas, une équipe intérimaire doit être mise 
sur pied et un congrès organisé pour désigner un nouveau chef de 
file.  
    Pour la plupart des observateurs, ce geste a pour but 
d'ouvrir la voie à la formation d'un nouveau gouvernement 
conservateur malgré l'absence de majorité parlementaire.  
    Pedro Sanchez s'oppose à la reconduction de Mariano Rajoy, 
chef du gouvernement sortant issu du Parti populaire, ce qui ne 
fait pas l'unanimité au sein du PSOE, dont certains membres 
craignent que le parti ne sorte affaibli d'éventuelles nouvelles 
élections, après celles du 20 décembre et du 26 juin.  
 
 (Julien Toyer, Jean-Philippe Lefief pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant