Vache folle : «Il faut rester vigilant»

le
1
INTERVIEW - Une vache atteinte d'encéphalopathie spongiforme bovine vient d'être repérée aux États-Unis. Quels sont les risques pour les hommes et les animaux ? Le point avec le Dr Jean-Philippe Deslys, directeur de recherche à l'Institut des maladies émergentes et des thérapies innovantes, spécialiste du prion.

LE FIGARO. - Les États-Unis assurent que la vache malade détectée en Californie est un cas isolé sur leur territoire, le quatrième relevé au total et le premier en six ans. C'est peu. Sont-ils mieux protégés que l'Europe contre la maladie de vache folle?

Dr Jean-Philippe DESLYS. - L'épidémie d'ESB est terminée depuis plusieurs années grâce aux mesures de précaution mises en place à différents niveaux en Europe et dans le reste du monde. Mais les contrôles demeurent à un niveau très élevé en Europe et notamment en France avec le test systématique de tous les animaux de plus de 72 mois à l'abattoir. Aux États-Unis, qui n'ont jamais connu d'épidémie, les mesures ont été beaucoup moins drastiques: les autorités n'effectuent que 40.000 tests de dépistage par an, pour un cheptel de plus de 90 millions de têtes. On peut donc craindre que des cas d'ESB restent indétectés.

Concernant l'animal malade repéré en Californie, les autorités ont indiqué qu'il ne

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • tibetain le dimanche 13 mai 2012 à 21:23

    je ne suis pas responsable du problème puisque je suis ici.