Vacances : pourquoi on n'a pas toujours envie d'emmener les enfants

le
0
Vacances : pourquoi on n'a pas toujours envie d'emmener les enfants
Vacances : pourquoi on n'a pas toujours envie d'emmener les enfants

Pendant l'année, vous culpabilisez de ne pas profiter de vos enfants autant que vous le souhaiteriez. Et puis, lorsque les vacances sont là et qu'ils rôdent en short dans la location estivale, vous regrettez vite d'avoir ignoré l'inscription en colo ou la proposition des grands-parents d'accueillir votre progéniture. C'est qu'ils vous échauffent gentiment la bile avec leurs «j'm'ennuuuiiiie» quand vous rêvez de farniente.

 

LIRE AUSSI

> Vacances : et si vous partiez sans vos enfants?

 

Un sondage que vient de publier le site de commerce en ligne Groupon* montre que les vacances d'été peuvent aussi être synonymes de stress. Selon cette enquête, les parents font en moyenne plus de dix suggestions d'activités hebdomadaires pour occuper leurs angelots pendant les congés. «Oh, je l'ai entendu, le fameux Qu'est-ce que je peux faire ? Chez moi, ce qui marche le mieux, c'est la piscine, témoigne Céline, mère de deux filles de 12 et 14 ans. Elles peuvent y rester du soir au matin. Alors, quand je cherche une location, je m'assure qu'il y en a une.»

 

Quand repérer le moment où l'ennui va se manifester ? C'est surtout après le déjeuner que ça se gâte. Selon les parents interrogés par Opinium Research, l'heure fatidique se situe autour de 15 heures. C'est là que les enfants disent s'embêter le plus. Et oubliez l'idée que plus ils sont nombreux, plus ils s'amusent entre eux : si vous avez une grande famille, sachez que celle avec trois enfants est aussi celle qui subit le plus les complaintes infantiles.

 

 

 

 

Saskia Cousin, anthropologue : « Historiquement, le voyage se fait sans enfants»

 

Les séjours entre adultes, est-ce vraiment nouveau ? «Historiquement, le voyage se fait sans enfants, rappelle l'anthropologue Saskia Cousin, chercheuse à l'Institut de recherches et d'études supérieures du tourisme. C'est depuis le XIX e siècle un rite, d'abord pour les aristocrates anglais, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant