Vacances de Pâques : les Français partent moins loin, moins longtemps et à moindre frais

le
3

Le budget moyen de ceux qui peuvent s'offrir quelques jours est en recul de près de 25% par rapport à l'année dernière, selon une étude réalisée par l'Ifop.

Par rapport à 2013, les Français qui peuvent partir en vacances de Pâques seront encore plus vigilants sur leurs dépenses. En cause? Le budget moyen qu'ils allouent à cette période est en recul de près de 25% comparé à l'an passé, révèle la douzième édition du baromètre «Les Français et les vacances», réalisé par l'Ifop à l'initiative de Mondial Assistance. Au total, ils consacreront 600 euros à leur projet de vacances. «Il s'agit du plus faible budget depuis 2011, toutes vacances confondues», souligne cette étude réalisée en ligne les 27 et 28 mars auprès d'un millier de personnes.

Comme les années précédentes, les Français ne sont pas nombreux à s'offrir des vacances. Seuls 23% d'entre eux partiront quelques jours, «une tendance qui s'installe dans le temps» puisqu'ils étaient 25% en 2012 et 22% en 2013. Ils sont aussi 23% à envisager de partir à l'occasion des prochains ponts du mois de mai.

Résultats: ils partiront moins loin, moins longtemps et surtout à moindre frais. Cette année, les Français envisagent de partir 7 jours en moyenne, soit un jour de moins qu'en 2013. 48% comptent partir moins d'une semaine. Un chiffre qui ne cesse de progresser puisqu'ils n'étaient que 39% en 2013 et 31% en 2012 à faire des séjours courts. Près d'un vacancier sur trois (31%) va réserver son séjour à la dernière minute et 13% consulteront un site Internet de mise en relation de particuliers à particuliers.

Evolution du budget moyen des Français consacré aux vacances depuis Noël 2011. Source: Douzième édition du baromètre «Les Français et les vacances», réalisé par l'Ifop à l'initiative de Mondial Assistance
Evolution du budget moyen des Français consacré aux vacances depuis Noël 2011. Source: Douzième édition du baromètre «Les Français et les vacances», réalisé par l'Ifop à l'initiative de Mondial Assistance

Côté destination, les Français partiront pour la plupart d'entre eux à la mer (37%) et à la campagne (25%). Mais dans l'ensemble, ils séjourneront majoritairement en France (70%). Près d'un quart ira passer quelques jours dans un pays européen quand seuls 5% des séjours se feront en Afrique et en Asie. Autre révélateur: le lieu d'hébergement envisagé. 40% ont l'intention de séjourner chez des membres de leur famille contre 24% en 2013. Cette année, ils seront aussi moins nombreux à opter pour l'hôtel (21% contre 25% en 2013).

Les résultats de cette enquête confirment les conclusions d'une autre étude menée récemment par le cabinet Protourisme: les vacances deviennent un luxe pour de plus en plus de Français. À peine 41% d'entre eux ont passé au moins une nuit payante hors de chez eux l'an dernier, contre 45% en 2012, expliquait le cabinet spécialisé. Camping, locations meublées, hôtellerie... Quel que soit le mode d'hébergement, le nombre de nuités a baissé ces deux dernières années.

Pour autant, les Français ne sont pas prêts à abandonner leurs vacances. Les intentions de départ pour 2014 (au moins 4 nuits) remontent, passant de 48% des Français à 49%. Autre signal positif pour les acteurs du tourisme: le budget annuel de vacances par foyer progresse à nouveau, passant de 1978 à 2078 euros. Mais tout ceci dépendra en grande partie de la météo...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • SuRaCtA le dimanche 13 avr 2014 à 22:42

    Plus d'impôt, moins de croissance et plus de chômeur = Paupérisation de la population ! Merci qui, merci Flambby

  • troteldo le dimanche 13 avr 2014 à 20:46

    Habitant plutôt au nord, je partais en février sur la Côte d'Azur car les locations sont moins chères à cette période. Mais le train coûte de plus en plus et mon salaire n'a pas bougé depuis décembre 2008 ... Je me contente maintenant du département voisin en gîte rural 2 épis.

  • fbordach le dimanche 13 avr 2014 à 19:16

    Grace a qui?