Vacances 2016 : la France, destination star

le , mis à jour à 09:22
0
Vacances 2016 : la France, destination star
Vacances 2016 : la France, destination star

Crise économique, pouvoir d'achat faible, risques d'attentats : cette année encore, les grandes vacances vont se vivre d'abord en France ou dans une destination « soleil » très proche pour une grande majorité des Français.

Ruée sur l'Hexagone et... l'Europe du Sud. Selon les chiffres du syndicat des tour-opérateurs français (Seto), les réservations pour des forfaits voyage dans l'Hexagone sont en hausse de 1 % par rapport à l'an dernier. « Cela confirme une tendance observée depuis quelques années, analyse René-Marc Chikli, président du Seto. Les Français cherchent à passer des vacances en toute sécurité et en limitant les dépenses. » Ceux qui veulent s'échapper au-delà de nos frontières se ruent sur les pays du sud de l'Europe : l'Espagne (réservations en hausse de 5 %) et ses îles Baléares (+ 13 %) et Canaries (+ 6 %), la Sicile (+ 5 %) et le Portugal (+ 40 %) forment le podium des destinations les plus prisées. « L'enjeu pour les tour-opérateurs consiste à retrouver des capacités hôtelières pour pallier le retrait des destinations de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient, observe René-Marc Chikli. Heureusement, les Français sont particulièrement attentistes cette année, à cause notamment d'une météo pas du tout favorable pour penser aux vacances, et le niveau de réservation est faible pour le mois d'août, en recul de 10 %, ce qui laisse une belle marge aux retardataires. »

Maghreb et Turquie aux oubliettes. Les risques d'attentats éloignent définitivement les vacanciers des pays d'Afrique du Nord, autrefois très prisés. La Tunisie s'effondre (- 78 %), tout comme les pays du Moyen-Orient (- 71 %) et le Maroc souffrent durement (- 37 %). La situation de la Turquie est alarmante : la chute de 77 % des réservations jusqu'à fin mai devrait encore s'alourdir après les attentats de l'aéroport d'Istanbul, mardi. « Ces pays sont dans la même situation aujourd'hui que la France juste après ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant