Usage du 49-3 : droit dans ses bottes, Valls assume son acte d'autorité

le
2
Usage du 49-3 : droit dans ses bottes, Valls assume son acte d'autorité
Usage du 49-3 : droit dans ses bottes, Valls assume son acte d'autorité

Droit dans ses bottes. Manuel Valls, qui vient de recourir à l'article 49-3 pour faire passer la loi Macron, assume son acte d'autorité. Il le revendique même. «Ma tâche, ma mission, c'est de réformer le pays et d'avancer. Chacun peut comprendre ma très grande détermination», prévient d'emblée le Premier ministre sur le plateau du 20 heures de TF1.

Affichant sa conviction que «la France a besoin d'autorité, pour lutter contre la menace terroriste, mais aussi pour redresser le pays», il montre les muscles : «Le message que nous envoyons ce soir, c'est que les réformes vont se poursuivre.»

Valls dénonce une «addition de tous les conservatismes»

Que les frondeurs socialistes, qui ont fait craindre au gouvernement que le texte soit rejeté en annonçant vouloir voter «contre» dans leur très grande majorité, soient prévenus : Valls n'a aucune intention de «perdre du temps dans des débats stériles» et «internes aux formations politiques». «Vous croyez qu'un seul instant, je vais perdre du temps avec ceux qui ont autres objectifs, qui n'ont rien à avoir avec l'intérêt général?» martèle-t-il. Une petite phrase qui ira certainement droit au coeur de Benoît Hamon, son ancien ministre de l'Education, qui voulait voter contre et que Valls accuse de préparer le congrès du PS.

L'opposition, qui a selon le Premier ministre perdu une occasion de «se grandir» pour «des raisons purement politiques», en prend aussi pour son grade. Pour Valls, c'est clair, l'incertitude qui planait sur le résultat du vote prévu ce mardi résulte d'une «addition de tous les conservatismes, de droite comme de gauche».

Lui demande-t-on avec qui il va désormais gouverner ? Il se place dans un rapport direct avec les Français. «Il y a une majorité dans ce pays, parmi les Français, pour que ça bouge», évacue le chef du gouvernement. «Les Français n'en peuvent plus de ces querelles politiques, renchérit-il. En faisant passer cette ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppetitj le mercredi 18 fév 2015 à 10:30

    Mais va-t-il assumer si c'est un désastre ? Comme il ne risque aucune sanction, il peut faire le beau....

  • pbenard6 le mardi 17 fév 2015 à 22:04

    la dictature est en marche