USA2016-Trump au coude-à-coude avec Clinton dans l'Utah, fief du GOP

le
0
    13 octobre (Reuters) - Après la publication d'une vidéo le 
montrant tenir des propos obscènes à l'égard des femmes, Donald 
Trump est en difficulté dans l'Utah, bastion républicain où il 
fait désormais jeu égal avec Hillary Clinton, selon un sondage 
publié mercredi. 
    Mené auprès de 500 personnes par l'institut Y2 Analytics, 
basé à Salt Lake City, le sondage fait état d'une progression du 
candidat indépendant Evan McMullin, un ancien agent de la CIA, 
au détriment du candidat républicain. 
    Donald Trump et Hillary Clinton sont crédités chacun de 26% 
des suffrages pour l'élection présidentielle du 8 novembre, 
tandis qu'Evan McMullin arrive derrière les deux grands partis 
avec 22% des intentions de vote dans l'Etat qui a vu triompher 
le Grand Old Party à chaque élection présidentielle depuis le 
milieu des années 1960.  
    Le sondage téléphonique a été effectué lundi et mardi, après 
la publication samedi d'une conversation enregistrée en 2005 
entre Donald Trump et Billy Bush, présentateur de l'émission 
"Access Hollywood" de NBC, où le premier raconte en des termes 
crus comment il a tenté d'avoir des rapports sexuels avec une 
femme mariée. 
    Au niveau national, Trump accuse désormais un retard de huit 
points dans les intentions de vote par rapport à sa rivale 
démocrate, selon un sondage Reuters-Ipsos publié mardi. 
  
    La dernière défaite d'un candidat républicain dans l'Utah 
remonte à 1964, année où le démocrate Lyndon Johnson avait 
emporté une victoire écrasante dans le pays. 
    "Il y a des limites aux lignes partisanes, même dans 
l'Utah", estime Scott Riding, associé de l'institut.  
    En septembre, un sondage du quotidien Salt Lake Tribune 
donnait 34% d'intentions de vote au candidat, contre 25% pour sa 
rivale démocrate. 
    Plusieurs responsables républicains de l'Etat, le gouverneur 
Gary Herbert, le sénateur Mike Lee, ont retiré leur soutien à 
Donald Trump. 
    L'indépendant Evan McMullin, ancien expert du renseignement 
et banquier d'affaires, qui perce dans l'Etat, est moins connu 
que les deux autres "petits" candidats à l'élection 
présidentielle américaine du 8 novembre: la candidate du Parti 
vert Jill Stein, et celui du Parti libertarien, Gary Johnson. 
 
 (Alex Dobuzinskis; Julie Carriat pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant