USA2016-Donald Trump remanie son équipe de campagne

le , mis à jour à 17:47
2
 (Actualisé avec nouvelles accusations contre Manafort) 
    par Caren Bohan 
    WASHINGTON, 17 août (Reuters) - Donald Trump, en grande 
difficulté dans les sondages, a remanié mercredi son équipe de 
campagne, réduisant les fonctions dévolues à son président Paul 
Manafort, mis en cause pour ses relations avec des personnalités 
pro-russes en Ukraine. 
    Comme elle l'avait indiqué à la chaîne américaine NBC, 
Kellyanne Conway, qui occupait déjà un rôle de conseillère 
auprès du candidat républicain, est nommée directrice de la 
campagne.  
    Stephen Bannon, cofondateur du site conservateur Breitbart 
News, un des soutiens les plus actifs du milliardaire, rejoint 
lui les rangs de l'équipe Trump au nouveau poste de directeur 
général. Bannon, ancien banquier chez Goldman Sachs, a également 
servi dans l'US Navy. 
    "Je suis convaincu que nous intégrons certains des plus 
grands talents de la politique, dotés de l'expérience et de 
l'expertise nécessaires pour battre Hillary Clinton en novembre 
et continuer de diffuser mon message et ma vision pour rétablir 
la grandeur de l'Amérique", déclare Donald Trump dans un 
communiqué diffusé par son équipe de presse. 
    Paul Manafort reste président de la campagne et chef de la 
stratégie. Il dirigeait officieusement la campagne du candidat 
républicain depuis la mise à l'écart de Corey Lewandowski au 
terme des primaires remportées par le milliardaire new-yorkais. 
  
    Le New York Times a révélé ce week-end que le nom de 
Manafort figurait sur un registre secret en Ukraine faisant 
apparaître des versements en sa faveur d'un montant de plus de 
12 millions de dollars (plus de dix millions d'euros) effectués 
entre 2007 et 2012 par le Parti des régions, la formation de 
l'ex-président Viktor Ianoukovitch, proche de Moscou. 
     
    TRANSFERTS OCCULTES 
    Artem Sytnik, chef du bureau anti-corruption en Ukraine, a 
confirmé que son nom apparaissait bien sur un registre et que 
plus de 12 millions de dollars avaient été alloués en tant que 
dépense, sous la référence Manafort. Il a toutefois ajouté que 
la mention de son nom "ne veut pas dire qu'il a effectivement 
reçu cet argent". 
    L'équipe de campagne d'Hillary Clinton a dit y voir une 
preuve des "relations troublantes entre l'équipe de Donald Trump 
et des éléments pro-Kremlin en Ukraine." 
    Manafort a nié pour sa part toute action illégale. "Je n'ai 
jamais reçu un seul 'versement au noir' comme l'a faussement 
rapporté le New York Times, ni n'ai jamais travaillé pour les 
gouvernement d'Ukraine ou de Russie", a-t-il déclaré dans un 
communiqué publié lundi. 
    Mercredi, l'agence Associated Press a à son tour fait des 
révélations sur les relations troubles de Manafort avec 
l'Ukraine en l'accusant d'avoir aidé un parti politique proche 
de la Russie à transférer 2,2 millions de dollars à deux groupes 
de pression à Washington. 
    AP, qui cite des sources au fait de la transaction, ajoute 
que les transferts ont été effectués par l'intermédiaire d'une 
société écran pour que les tentatives ukrainiennes d'influencer 
la politique américaine n'apparaissent pas au grand jour. 
    Les dirigeants des deux lobbies, Podesta Group et Mercury 
LLC, ont dit à AP qu'ils n'avaient pas jugé nécessaire à 
l'époque de déclarer ces versements au département de la 
Justice, comme la loi les y contraint en cas de lien avec un 
parti politique étranger.     
     
 
 (Bureau de Washington avec Alana Wise à Washington et Pavel 
Polityuk à Kiev; Danielle Rouquié, Henri-Pierre André et Tangi 
Salaün pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cavalair il y a 11 mois

    Trump State of the Union https://www.youtube.com/embed/GXcLVDhS8fM?feature=player_detailpage

  • pierry5 il y a 11 mois

    A mon avis, il est foutu. Les USA s'enfonceront de plus en plus dans une sorte de socialisme qui ne leur convient pas. Dans quelques temps quand les affaires vont mal tourner ça va être un problème là-bas, comme chaque fois qu'il y a des problèmes ils s'arrangent pour les transporter ailleurs, en définitive c'est nous, européens qui payons. Voir les fameux printemps et tout ce qui s'"en est suivi.