USA-Un condamné exécuté malgré des soupçons de handicap mental

le
0

ATLANTA, 28 janvier (Reuters) - Un homme condamné à la peine capitale pour meurtre a été exécuté mardi soir en Géorgie aux Etats-Unis malgré les objections de ses avocats qui affirment qu'il souffrait d'un handicap mental, a annoncé l'attorney général de Géorgie. Warren Lee Hill, 54 ans, avait été condamné pour avoir battu à mort son compagnon de cellule en août 1990. A l'époque, il purgeait une peine de prison à perpétuité pour avoir tué sa petite amie de 18 ans. Cinq mille personnes avaient signé une pétition demandant que sa peine soit commuée. Parmi les personnalités le soutenant figurait l'ancien président Jimmy Carter et son épouse Rosalynn. La Géorgie a été le premier Etat américain, en 1988, à interdire l'exécution des condamnés souffrant d'un handicap mental, mais, selon certains observateurs, la preuve du handicap mental est trop difficile à apporter. Les experts estiment en général qu'il y a déficience mentale quand le score aux tests d'intelligence est inférieur à 70. Le condamné avait eu 69 à un test d'intelligence et dans les 70 à d'autres, selon les documents judiciaires. Selon son avocat, sa capacité mentale était celle d'un enfant de 11 ans. Warren Lee Hill est le cinquième détenu à avoir été exécuté depuis début janvier aux Etats-Unis et le second en Géorgie, selon le Centre d'information sur la peine de mort. (David Beasley; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant