USA-Trump revoit sa campagne, tente de retoucher son image

le
0
    par Steve Holland et Susan Cornwell 
    WASHINGTON, 14 avril (Reuters) - Donald Trump a pris des 
mesures mercredi pour infléchir sa campagne électorale en vue de 
l'élection présidentielle du 8 novembre avec l'embauche d'une 
communiquant républicain et l'organisation d'une réunion avec 
des élus du Congrès. 
    Après une série de sorties à l'emporte-pièce contre les 
femmes et les migrants hispaniques, le favori de la primaire 
républicaine doit donner une image plus professionnelle face à 
l'opposition sans concession de son rival Ted Cruz dans la 
course à l'investiture du Grand Old Party.  
    Le magnat de l'immobilier a annoncé avoir engagé Rick Wiley 
au poste de directeur politique national. Ce spécialiste de la 
stratégie politique républicaine a été le directeur de campagne 
du gouverneur du Wisconsin Scott Walker, avant que ce dernier ne 
renonce à briguer l'investiture républicaine à l'automne 
dernier. 
    Le candidat anti-establishment, qui manque de relais à 
Washington, a en outre organisé une réunion dans la capitale 
fédérale, prévue pour jeudi matin, entre son conseiller Ed 
Brookover et quelques parlementaires. 
    La série de discours politiques que Donald Trump veut 
prononcer prochainement pourrait être abordée dans les 
discussions. 
    Le promoteur immobilier devra aussi convaincre les 
investisseurs. Selon une enquête menée ce mois-ci par la société 
Intralinks Holdings auprès de 1.500 avocats, banquiers 
d'affaires et autres structures qui conseillent les entreprises 
en matière d'OPA et d'acquisitions, près des deux tiers des 
sondés estiment qu'une présidence Trump risque de créer de 
l'incertitude et donc d'être dissuasive pour lancer des 
fusions-acquisitions. 
    Enfin, Donald Trump a rencontré en privé dans les locaux de 
sa Trump Tower à New York la présentatrice des nouvelles sur Fox 
News, Megyn Kelly, après l'avoir attaquée pendant plusieurs mois 
en raison des questions sans concession qu'elle lui avait posées 
lors d'un débat chez les républicains en août dernier à propos 
de la façon dont il traite les femmes. 
    Selon le consultant républicain Ron Bonjean, l'embauche de  
Wiley et celle, il y a deux semaines, du spécialiste de la 
question des délégués Paul Manafort suggère que le milliardaire 
se prépare à une convention difficile en juillet prochain au cas 
où il ne devrait pas remporter d'emblée les 1.237 délégués 
nécessaires pour remporter la primaire républicaine. 
    "Si vous n'avez pas les bonnes personnes dans votre équipe 
qui comprennent comment naviguer dans ces eaux, vous êtes en 
grande difficulté", a déclaré Ron Bonjean.  
 
 (Avec Mike Stone; Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant