USA-Trump promet d'affaiblir le pouvoir des médias s'il est élu

le
1
 (Actualisé avec citations, propositions, précisions) 
    par Emily Stephenson 
    GETTSYBURG, Pennsylvanie, 22 octobre (Reuters) - Donald 
Trump s'est engagé samedi à faire échouer le projet de prise de 
mariage entre le groupe de cinéma et de médias Time Warner et 
l'opérateur télécoms AT&T s'il remporte l'élection 
présidentielle le 8 novembre, parce que ce genre de structure 
entraînerait selon lui une trop grande concentration de pouvoir. 
    Lors d'un discours de campagne à Gettysburg, en 
Pennsylvanie, près du site d'une bataille décisive de la guerre 
de Sécession, le candidat républicain à la Maison blanche a 
présenté la liste des mesures qu'il prendra dans les 100 
premiers jours de sa présidence en cas de victoire. Il a aussi 
présenté une série de griefs personnels et dit ce qu'il ferait à 
ce sujet une fois à la Maison blanche. 
    Il a notamment promis de poursuivre en justice une dizaine 
de femmes qui l'ont accusé d'agressions sexuelles ces deux 
dernières semaines. Il les a traitées de "menteuses". 
    Il a également une nouvelle fois critiqué la presse qu'il 
accuse de couvrir la campagne électorale de façon partisane, en 
favorisant sa rivale démocrate Hillary Clinton. 
    "Ils essaient désespérément de supprimer ma voix et celle du 
peuple américain", a déclaré le magnat de l'immobilier devant 
ses partisans. Donald Trump, qui est âgé de 70 ans, estime que 
le scrutin est truqué mais il n'a pas apporté de preuve.  
    "Comme exemple de la structure de pouvoir que je combats, 
AT&T va racheter Time Warner, et de ce fait CNN, une opération 
que nous n'approuverons pas sous ma présidence parce que c'est 
une trop grande concentration de pouvoir dans trop peu de 
mains", a ajouté le promoteur. 
    L'opération pourrait être annoncée dès samedi pour environ 
85 milliards de dollars (78 milliards d'euros).   
     
    PAYER DES IMPÔTS MASSIFS 
    Il a précisé qu'il souhaitait aussi "casser" l'acquisition 
par le câblo-opérateur Comcast de la société de médias NBC 
Universal, qui remonte à 2013. 
    "Des accords de ce genre détruisent la démocratie", a 
déclaré le milliardaire new-yorkais, semblant ainsi se départir 
de la position traditionnelle des républicains selon laquelle la 
fiscalité et la réglementation des entreprises américaines 
soient réduites au minimum. 
    Quant à Amazon  AMZN.O , il faudrait que la société devrait 
payer des "impôts massifs", a estimé Donald Trump, en rappelant 
que le patron de la société de commerce en ligne, Jeff Bezos, 
possédait aussi le Washington Post. Le grand quotidien 
d'investigation a diffusé il y a 15 jours une vidéo remontant à 
2005 où le magnat de l'immobilier parle des femmes de façon 
grossière. 
    L'homme d'affaires, qui a également été animateur de 
télévision, a reconnu lors d'un débat avec Hillary Clinton le 9 
octobre dernier, qu'il avait utilisé le système des pertes sur 
investissement pour éviter l'impôt. Selon le New York Times du 
1er octobre, la perte de 916 millions de dollars qu'il a 
déclarée en 1995 lui a permis d'éviter de payer l'impôt sur le 
revenu pendant 18 ans. 
    En présentant ses projets samedi, Donald Trump a expliqué à 
ses électeurs que si lui avait des problèmes avec la presse, les 
moins riches d'entre eux devaient d'autant plus s'inquiéter. 
    "Quand un simple coup de téléphone auprès des plus grands 
journaux ou chaînes de télévision entraîne une couverture en 
long et en large avec pratiquement aucune vérification des 
faits, voilà pourquoi cela vous concerne", a déclaré Donald 
Trump.  
    "S'ils peuvent combattre quelqu'un comme moi qui a des 
ressources illimitées pour se défendre, regardez alors 
simplement ce qu'ils pourraient vous faire, à vos emplois, à 
votre sécurité, votre éducation, votre santé". 
     
    PEINE PLANCHER DE DEUX ANS 
    Donald Trump, qui a dit qu'il pourrait ne pas accepter le 
résultat la présidentielle, est en général donné battu dans les 
sondages par Hillary Clinton, bien qu'il ait réduit l'écart 
selon un sondage Reuters/Ipsos diffusé vendredi.   
    Hillary Clinton est aussi en tête dans la course aux grands 
électeurs chargés d'élire le président des Etats-Unis, selon un 
dernier état du projet States of the Nation (Reuters/Ipsos) 
publié samedi.   
    Une grande partie des propositions présentées samedi par 
Donald Trump étaient connues, notamment sa proposition de 
construire un mur le long de la frontière avec le Mexique pour 
dissuader l'immigration illégale. 
    Il n'a toutefois plus dit samedi que le Mexique paierait 
pour la construction du mur. Les Etats-Unis la financeront 
entièrement avec l'idée que le Mexique en remboursera le coût. 
    Donald Trump a également proposé une nouvelle peine plancher 
de deux ans de prison au niveau fédéral pour toute personne qui 
reviendrait aux Etats-Unis après en avoir été expulsée. 
    Le candidat républicain a à nouveau promis d'utiliser l'arme 
douanière pour dissuader les sociétés américaines de transférer 
leurs activité à l'étranger, d'annuler l'"Obamacare", la loi 
Obama sur la réforme du système de protection sociale et 
d'augmenter les dépenses d'amélioration des infrastructures. 
    L'équipe de campagne d'Hillary Clinton s'est moquée du 
discours de Donald Trump, en disant que la seule nouveauté était 
sa volonté de poursuivre les femmes qui l'ont accusé 
d'attouchements. 
 
 (Avec Jonathan Allen; Danielle Rouquié pour le service 
français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 il y a un mois

    Une raison de plus pour voter pour lui.