USA-Tensions à Ferguson après des tirs sur deux policiers

le
0

(Précisions, opération de police, Holder) par Kate Munsch FERGUSON, Missouri, 12 mars (Reuters) - Deux policiers ont été blessés par balle dans la nuit de mercredi à jeudi à Ferguson, dans le Missouri, à l'issue d'une manifestation devant le commissariat de cette ville américaine secouée par des émeutes en août dernier après la mort d'un jeune Noir désarmé tué par un policier blanc. Les deux policiers, l'un blessé au visage, l'autre à l'épaule, ont pu quitter l'hôpital dans la journée. Les tirs, condamnés par le président Barack Obama et le ministre de la Justice Eric Holder, ont déclenché une vaste opération de police pour retrouver le ou les coupables. Les policiers à la recherche d'un suspect ont fait irruption dans une maison de Ferguson et emmené plusieurs personnes, a précisé Shawn McGuire, porte-parole de la police du comté de St Louis. Selon plusieurs médias, il s'agirait de deux hommes et d'une femme. L'Attorney General Eric Holder a condamné les tirs sur les policiers, "un acte répugnant qui ne peut trouver d'excuse". "De tels actes de violence insensés menacent les réformes que recherchent les manifestants non violents de Ferguson et du pays tout entier", a-t-il dit. La Maison blanche, sur Twitter, a souligné que la violence contre des policiers était "inacceptable". Jon Belmar, chef de la police de St Louis, a déclaré lors d'une conférence de presse que les autorités avaient recueilli des éléments susceptibles de conduire à l'arrestation du ou des tireurs. Des douilles correspondant à une arme de poing ont été retrouvées sur place. TÉMOIGNAGES CONTRADICTOIRES Il a précisé que les policiers n'avaient pas riposté aux tirs mais qu'ils pourraient le faire à l'avenir dans les mêmes circonstances. "J'ai toujours dit que nous ne pouvions pas tolérer que ce genre de chose se reproduise sans qu'il y ait un jour des problèmes", a ajouté Jon Belmar. Dans un communiqué, la famille de Michael Brown, le jeune Noir de 18 ans abattu en août dernier, a dit "rejeter toute forme de violence dirigée contre les membres des forces de l'ordre" et a dénoncé les actes d'"agitateurs isolés". Les deux policiers blessés, âgés respectivement de 32 et 41 ans, sont membres de la police de Webster Groves pour l'un et de celle de St Louis pour l'autre. Les manifestants commençaient à se disperser quand les coups de feu, au moins trois, ont éclaté. "Je ne sais pas qui a tiré mais d'une manière ou d'une autre, ils (les tireurs) s'étaient glissés dans le groupe (de manifestants)", a déclaré Jon Belmar. Les protestataires ont au contraire assuré que les tirs ne provenaient pas de leurs rangs. "Le tireur n'était pas avec les manifestants. Il était au sommet d'une colline", a affirmé DeRay McKesson, un militant des droits civiques. "J'étais là. J'ai vu le policier tomber. Le coup de feu a éclaté à au moins 500 pieds (150 mètres) des policiers", a-t-il ajouté sur son compte Twitter, évoquant par la suite des "provocateurs prêts à tout pour parvenir à leurs fins". DÉMISSION Ce rassemblement avait lieu quelques heures après l'annonce de la démission du chef de la police de Ferguson, Thomas Jackson, à la suite d'un rapport du ministère de la Justice dénonçant des abus récurrents commis par les forces de police et des institutions judiciaires de la ville contre les Afro-Américains. Sa démission ne sera cependant effective que jeudi prochain, le 19 mars. Depuis la publication, la semaine dernière, du contenu de l'enquête diligentée par le ministère, plusieurs démissions ont été enregistrées dans cette localité à majorité noire située dans la grande banlieue de St Louis. Les habitants réclamaient le départ du chef de la police, en poste depuis 2010, depuis l'incident intervenu en août lorsque Darren Wilson, un policier blanc, a tué avec son arme de service Michael Brown lors d'un contrôle de routine. Darren Wilson a démissionné peu après les faits mais il n'a pas été poursuivi en justice, un grand jury ayant décidé de ne pas donner suite à cette affaire. Eric Holder, qui avait déposé sans davantage de succès une plainte pour violations des droits civiques de Michael Brown, a indiqué la semaine dernière qu'il entendait utiliser tous les pouvoirs à sa disposition pour réformer les services de la police de Ferguson. Les officiers de ce département se sont livrés à un harcèlement régulier des administrés noirs de la ville pendant des années, selon le rapport ministériel. (Avec David Bailey, Fiona Ortiz et Carey Gillam; Bertrand Boucey, Pierre Sérisier, Tangi Salaün et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant