USA-Obama réfute l'idée d'une Amérique à bout promue par Trump

le
0
    par Ayesha Rascoe et Roberta Rampton 
    WASHINGTON, 23 juillet (Reuters) - L'image sombre d'une 
Amérique assiégée, convoquée jeudi par Donald Trump dans son 
discours d'investiture à la convention républicaine, est loin de 
la réalité, a dit vendredi le président américain Barack Obama. 
    "Les oiseaux chantent et le soleil est là" pour la plupart 
des Américains, a dit Barack Obama après un discours du candidat 
républicain centré sur la menace diverse qui pèse selon lui sur 
l'Amérique, des migrants illégants aux combattants djihadistes 
et aux violences raciales. 
    "L'idée que l'Amérique est d'une certaine manière au bord de 
l'effondrement, cette vision de violence et de chaos partout, ne 
colle pas vraiment avec l'expérience de la plupart des gens", a 
dit le président américain à la Maison blanche, après une 
réunion avec le président mexicain Enrique Pena Nieto. 
    Au cours des sept ans et demi du double mandat d'Obama, le 
taux de criminalité violente a atteint son niveau le plus bas 
depuis 30 à 40 ans, a rapporté le président, en dépit de pics de 
meurtres dans certaines villes cette année, et des récents décès 
d'hommes noirs tués par la police ainsi que d'officiers de 
police. 
    Convenue il y a trois semaines avec le chef d'Etat mexicain, 
la rencontre de vendredi tombait à point nommé pour contrer les 
discours du camp Donald Trump lors de la convention républicaine 
des quatre derniers jours. 
    Le candidat républicain a réitéré jeudi sa promesse de 
construire un mur à la frontière mexicaine pour endiguer 
l'immigration illégale et le trafic de drogue. Il compte en 
outre faire payer la mesure au Mexique. 
    Donald Trump entend aussi rétablir des tarifs douaniers 
prohibitifs sur certains produits importés du Mexique, ainsi que 
révoquer les accords nord-américains de libre-échange (Alena) 
qui lient les Etats-Unis au Mexique et au Canada. 
     
    UNE RELATION INDISSOLUBLE  
    Le président mexicain Enrique Pena Nieto a dit respecter les 
deux candidats à l'élection présidentielle et a ajouté qu'il 
travaillerait de manière constructive et avec bonne volonté avec 
celui qui serait désigné le 8 novembre, quel que soit le choix 
des urnes. 
    En mars, le chef d'Etat mexicain avait avait comparé le "ton 
strident" des discours de Trump à la montée du fascisme dans les 
années 1930. Vendredi, il a démenti avoir critiqué les 
candidats, jugeant que ses propos avaient été sortis de leur 
contexte.  
    Le futur des deux pays reste étroitement lié, a-t-il 
souligné en outre. 
    "La proximité entre les Etats-Unis et le Mexique est plus 
qu'une relation entre des gouvernements. C'est une relation 
indissoluble et solide entre des millions de personnes qui 
vivent dans les deux nations", a-t-il dit. 
    Barack Obama a quant à lui évoqué la baisse de l'immigration 
illégale par rapport aux décennies précédant son double mandat, 
et a salué l'aide apportée par le Mexique aux migrants qui 
fuient l'Amérique centrale, ainsi que son travail contre le 
trafic de drogue. 
    "Un Mexique qui a une économie saine, un Mexique qui peut 
nous aider à oeuvrer pour la stabilité et la sécurité en 
Amérique centrale, voilà qui fera beaucoup plus pour résoudre 
toute crise migratoire, ou problème de trafic de drogue, qu'un 
mur", a-t-il dit. 
    Les deux dirigeants se sont félicités de la capacité du 
nouveau Partenariat transatlantique de commerce et 
d'investissement (TTIP) à corriger certains des manquements des 
accords de l'Alena. Hillary Clinton comme Donald Trump se sont 
dit opposés au TTIP, qui n'a pas encore été ratifié par les 
législateurs américains. 
    "Il y aura des visions différentes quant au chemin que nous 
devons prendre en tant que pays", a dit Barack Obama, faisant la 
liste des problèmes économiques qui affectent les Etats-Unis. 
    "Mais nous n'allons pas prendre de bonnes décisions en se 
fondant sur des peurs qui n'ont pas d'assise dans les faits", 
a-t-il jugé. 
 
 (Julie Carriat pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant