USA-Obama dénonce des violences policières "symptomatiques"

le
0
    ST PAUL, Minnesota, 8 juillet (Reuters) - Barack Obama a 
déploré jeudi la mort "tragique" de deux Afro-Américains tués 
cette semaine par la police américaine et qualifié ces incidents 
de "symptomatiques" des différences de traitement entre les 
races aux Etats-Unis. 
    "Tous les Américains devraient être troublés par ces 
fusillades, parce que ce ne sont pas des incidents isolés", a 
souligné Barack Obama pendant un déplacement en Pologne. 
    "Ils sont symptomatiques d'un ensemble plus large de 
disparités raciales qui existent dans notre système judiciaire", 
a ajouté le président américain. 
    Un policier de la banlieue de Minneapolis, dans le 
Minnesota, a mortellement blessé par balle un Noir mercredi, au 
cours d'un contrôle routier, vingt-quatre heures après la mort à 
Baton Rouge, en Louisiane, d'un autre Afro-Américain, abattu par 
deux policiers blancs qui l'avaient plaqué au sol. 
    Ces nouvelles violences policières ont provoqué de vives 
condamnations et des manifestations aux Etats-Unis, où les 
bavures dont ont été victimes ces dernières années des Noirs à 
Ferguson, Baltimore ou New York n'ont pas été oubliées. 
    Les autorités ont rapidement réagi pour tenter d'apaiser la 
situation. 
    Le gouverneur de Floride et celui du Minnesota ont demandé 
l'ouverture d'une enquête criminelle contre les policiers mis en 
cause et ceux-ci ont été immédiatement suspendus de leurs 
fonctions. 
    Dans le Minnesota, Philando Castile, 32 ans, est décédé 
mercredi soir après son transfert à l'hôpital après avoir été 
blessé par balle pendant un banal contrôle routier dans la ville 
de Falcon Heights. 
    "Il cherchait sa carte d'identité et son portefeuille dans 
sa poche", a déclaré sa petite amie, qui se trouvait elle aussi 
à bord du véhicule contrôlé. "Il a dit à l'agent qu'il avait une 
arme à feu et qu'il cherchait son portefeuille, et l'agent a 
ouvert le feu et l'a blessé au bras." 
    Elle a en outre dit à des journalistes que la police n'avait 
pas porté les premiers secours à son compagnon et qu'elle-même 
avait été menottée.  
     
    "RACISME INSTITUTIONNALISÉ" 
    Philando Castile possédait un permis de port d'arme et 
travaillait dans la cafétéria d'une école publique. Sa famille 
et ses proches le décrivent comme un homme intelligent, doux et 
prudent.  
    La bavure a provoqué d'autant plus d'indignation que la 
jeune femme a filmé les minutes qui ont suivi la fusillade et 
les a postées sur internet, via l'application Facebook Live.  
    Castile, qui conduisait, a été mortellement blessé avec la 
jeune femme et la fille de cette dernière, âgée de 4 ans, dans 
le véhicule. 
    Le gouverneur du Minnesota, Mark Dayton, a enjoint au 
département de la Justice d'ouvrir une enquête, requête à 
laquelle ce dernier s'est dit prêt à répondre favorablement. 
    Cet incident est survenu alors que le département de la 
Justice venait déjà d'ouvrir une enquête sur la mort d'un Noir 
abattu de plusieurs balles par deux policiers blancs qui 
l'avaient au préalable plaqué au sol, devant une épicerie de 
Baton Rouge, en Louisiane.   
    Il y a deux ans, la mort de Michael Brown, un jeune Noir de 
18 ans, dans la ville de Ferguson en banlieue de St Louis avait 
déclenché des émeutes et marqué le début d'un vif débat aux 
Etats-Unis sur les violences policières à l'encontre des 
minorités et, au-delà, relancé la question raciale. 
    D'autres bavures policières, dans des villes comme New York 
et Baltimore, avaient produit les mêmes scènes de colère et de 
protestation qu'à Ferguson, conduit des organisations à dénoncer 
un "racisme institutionnalisé", et donné naissance à un nouveau 
mouvement de défense des droits civiques baptisé "Black Lives 
Matter" (La vie des Noirs compte).  
    Selon un décompte établi par le Washington Post, Philando 
Castile est le 123e Noir américain abattu par la police en 2016. 
    
 
 (Ayesha Rascoe, Alana Wise; Jean-Stéphane Brosse et Tangi 
Salaün pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant