USA-Nouvelles manifestations dans le calme à Ferguson

le
0

FERGUSON, Missouri, 23 août (Reuters) - Pour la troisième nuit consécutive, des manifestations se sont déroulées dans le calme vendredi à Ferguson, dans le Missouri, après les troubles provoqué par la mort d'un jeune Noir sans arme abattu par un policier blanc. Plusieurs centaines de personne ont défilé dans les rues de la ville près de l'endroit où Michael Brown, 18 ans, est mort le 9 août. Les forces de police présentes sur place ne sont pas intervenues. En dépit des signes d'apaisement des derniers jours - seules quelques arrestations ont eu lieu mercredi et jeudi - les autorités craignent un regain de tension avant les funérailles de Michael Brown, prévues lundi. La police de Ferguson, une ville de 21.000 habitants majoritairement afro-américains, a été vivement critiquée, notamment au cours des premières journées de manifestations, après l'arrestation de plusieurs dizaines de personnes et l'utilisation de matériel militaire et de méthodes jugées provocatrices. Dans le dernier épisode embarrassant en date du dossier, un policier du comté de St. Louis a été affecté à des tâches administratives vendredi après la diffusion d'une vidéo dans laquelle il se vantait d'être un "tueur" et d'avoir "beaucoup tué". Mercredi, un autre policier de la région avait été suspendu après avoir pointé sans raison apparente un fusil d'assaut semi-automatique sur un manifestant tout en l'injuriant. La mort de Michael Brown et les incidents qui ont suivi ont mis en évidence la persistance de tensions raciales à Ferguson, une ville dans laquelle la quasi-totalité des policiers et des responsables politiques sont blancs. Un "grand jury" de neuf personnes dont trois Noirs s'est réuni pour la première fois cette semaine pour étudier le dossier judiciaire de la mort de Michael Brown. (Nick Carey et Edward McAllister,; Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant