USA-Nouveau départ à la direction d'Uber, dans la tourmente

le
0
 (Actualisé avec commentaires de Jones §§5-6) 
    SAN FRANCISCO, 20 mars (Reuters) - Uber Technologies 
 UBER.UL  a annoncé dimanche un nouveau départ au sein de sa 
direction, celui de Jeff Jones, un expert en marketing qui avait 
été engagé il y a sept mois pour améliorer l'image de la société 
américaine de services. 
    Jeff Jones avait rejoint le groupe de San Francisco en août 
en provenance du distributeur Target  TGT.N , dont il avait 
modernisé la marque en tant que directeur du marketing. Chez 
Uber, il était considéré comme ayant vocation à venir l'adjoint 
du directeur général, Travis Kalanick, puisqu'il occupait 
certaines responsabilités liées au poste de directeur général 
adjoint (DGA).  
    Jeff Jones était chargé de superviser l'essentiel des 
opérations internationales d'Uber, et notamment de travailler 
avec les chauffeurs. Mais il semblait sur la sellette depuis 
qu'Uber avait annoncé début mars être à la recherche d'un DGA 
pour épauler Travis Kalanick.  
    Dans une déclaration à Reuters, Jeff Jones explique qu'il ne 
peut pas continuer dans une société avec qui il est en 
désaccord. 
    "J'ai rejoint Uber à cause de sa mission et du défi 
consistant à construire des compétences mondiales qui auraient 
aidé la société à mûrir et à se développer sur le long terme", 
déclare Jeff Jones.  
    "Il est maintenant clair, toutefois, que les convictions en 
matière de leadership qui ont guidé ma carrière ne sont pas 
compatibles avec ce que j'ai vu et vécu chez Uber, et je ne peux 
plus continuer comme président de la branche du covoiturage", 
a-t-il ajouté.  
    Uber a enregistré tout une série de départs de dirigeants 
ces derniers mois. En février, l'ingénieur en chef Amit Singhal, 
accusé de harcèlement sexuel dans son ancien poste chez Alphabet 
 GOOGL.O , a été prié de présenter sa démission. Deux autres 
départs ont eu lieu ce mois-ci. 
    Uber est en outre depuis quelques semaines au centre d'une 
série de controverses qui font s'interroger les observateurs sur 
les compétences de Travis Kalanick en tant que dirigeant et sur 
l'avenir de la société en général. 
    Un ancien employé d'Uber a publié le mois dernier un message 
sur un blog décrivant un lieu de travail où le harcèlement est 
monnaie courante. Cette accusation a engendré une enquête 
interne qui a été confiée à l'ancien procureur général des 
Etats-Unis Eric Holder. 
    Puis, une vidéo a été publiée par Bloomberg, montrant Travis 
Kalanick en train d'admonester un chauffeur Uber qui se 
plaignait de la baisse de sa rémunération. Le directeur général 
avait dû s'excuser publiquement. 
    Ce mois-ci, Uber a confirmé avoir développé un outil appelé 
"Greyball" qui permet d'échapper aux autorités dans les villes 
où le service a été interdit. Uber a depuis promis de ne plus 
utiliser ce logiciel pour éviter les autorités locales. 
    Uber est également poursuivi en justice par la branche 
"voiture sans conducteur" d'Alphabet qui l'accuse d'avoir dérobé 
des plans de Lidar, la technologie pour voiture autonome. Uber 
récuse ces accusations. 
 
 (Heather Somerville; Danielle Rouquié pour le service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant