USA-Neuf Yéménites transférés de Guantanamo en Arabie saoudite

le
0
 (Actualisé avec précisions et contexte) 
    WASHINGTON, 16 avril (Reuters) - Le Pentagone a transféré en 
Arabie saoudite neuf Yéménites détenus jusqu'à présent dans la 
prison de Guantanamo, parmi lesquels figurent un homme en grève 
de la faim depuis plusieurs années et nourri de force, ont 
déclaré samedi des responsables américains.  
    Ce transfert est le plus important réalisé depuis que le 
président Barack Obama a annoncé son intention de fermer ce 
centre de détention controversé installé sur l'île de Cuba avant 
de quitter la Maison blanche, en janvier prochain.  
    Après ces départs, il reste 80 prisonniers à Guantanamo, 
dont la plupart sont détenus sans avoir été inculpés ni jugés 
depuis plus de dix ans, une situation qui a valu aux Etats-Unis 
des protestations du monde entier.  
    Le plus connu des détenus transférés en Arabie saoudite est 
Tariq Ba Odah, un Yéménite de 37 ans qui est nourri de force 
depuis qu'il a entamé une grève de la faim en 2007 et qui, selon 
ses avocats, pesait en décembre 33 kilos, moitié moins qu'à son 
arrivé à Guantanamo. 
    La volonté de Barack Obama de fermer complètement le centre 
de détention avant la fin de son mandat se heurte à l'opposition 
acharnée des membres républicains du Congrès mais aussi à celle 
de certains démocrates.  
    Les transferts annoncés samedi, fruits de longues 
tractations diplomatiques entre Washington et Ryad, ont eu lieu 
alors que le président américain doit participer à partir de 
mercredi à un sommet des pays du Golfe en Arabie saoudite.  
    Les prisonniers transférés figuraient parmi un groupe de 
détenus, désormais ramené à 26, dont le transfert avait été 
autorisé par une force conjointe des différentes agences 
gouvernementales américaines concernées.  
    Les autorités des Etats-Unis ont dit prévoir d'achever les 
transferts d'ici l'été.  
    Le projet de fermeture de Guantanamo élaboré par la Maison 
blanche prévoit parallèlement que les quelques dizaines de 
détenus appelés à rester sur le sol américain soient transférés 
dans des établissements de très haute sécurité aux Etats-Unis, 
mais la loi interdit pour l'instant de tels transferts et le 
Congrès n'a jusqu'à présent manifesté aucune intention de la 
modifier.  
    Barack Obama n'a donc pas exclu de recourir à un décret 
présidentiel pour permettre ces transferts.  
     
 
 (Matt Spetalnick; Marc Angrand pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant