USA-Mike Pence apostrophé à Broadway, Trump veut des excuses

le
0
    NEW YORK, 20 novembre (Reuters) - Donald Trump a exigé 
samedi des excuses de la part des acteurs d'une comédie musicale 
à l'affiche à Broadway pour avoir interpellé son vice-président 
Mike Pence au moment où celui-ci quittait la salle à la fin de 
la représentation.  
    Ce spectacle à succès, "Hamilton", raconte l'ascension 
sociale d'Alexander Hamilton, un immigrant pauvre devenu le 
premier secrétaire au Trésor des Etats-Unis sous la présidence 
de George Washington. Les pères fondateurs des Etats-Unis, qui 
étaient tous blancs, sont joués par des acteurs noirs et 
hispaniques. 
    Déjà, à son arrivée vendredi soir dans la salle du théâtre 
Richard Rogers à New York pour la représentation, le 
vice-président avait reçu un accueil mitigé, les acclamations le 
disputant aux huées. 
    Après la représentation, l'acteur Brandon Victor Dixon, qui 
joue le rôle du troisième vice-président des Etats-Unis, Aaron 
Burr, a lu une déclaration visant Mike Pence avec à ses côtés 
toute l'équipe en costume. 
    "Monsieur, nous sommes l'Amérique dans sa diversité qui 
craint que notre nouveau gouvernement ne nous protège pas, nous, 
notre planète, nos enfants, nos parents, ni ne nous défende et 
maintienne nos droits inaliénables", a déclaré l'acteur. 
    "Nous espérons sincèrement que ce spectacle vous a incité à 
maintenir nos valeurs américaines et à travailler pour le compte 
de tous", a-t-il ajouté sous les applaudissements de la salle. 
    Cette harangue a été prononcée alors que Mike Pence était 
déjà en train de quitter la salle, comme le montrent les vidéos 
diffusées sur les réseaux sociaux. 
    Donald Trump a vivement réagi samedi, interrompant un 
instant ses consultations pour son futur gouvernement. 
     
    HARCELÉE 
    "Le théâtre doit toujours être un lieu sûr et particulier. 
La troupe d'Hamilton a été très grossière hier soir envers un 
homme très bon, Mike Pence. Veuillez vous excuser !", a lancé 
Trump sur Twitter. "Notre merveilleux futur vice-président Mike 
Pence a été harcelé hier soir au théâtre par la troupe 
d'Hamilton sous le feu des caméras. Cela ne doit pas arriver!" 
    La réaction de Trump a déclenché des réponses en rafale sur 
Twitter, pour la plupart critiques à l'encontre du futur 
président. 
    Les acteurs d'Hamilton exercent leur droit à la liberté 
d'expression, estime Anthony Romero, directeur exécutif de 
l'American Civil Liberties Union (Aclu). 
    "Les excuses devraient plutôt venir du président élu Trump 
pour avoir remis en question l'opportunité des déclarations de 
la troupe d'Hamilton", déclare Anthony Romero dans un 
communiqué. 
    L'ancien président de la Chambre des représentants Newt 
Gingrich, qui a soutenu Donald Trump pendant la campagne 
présidentielle, a critiqué l'action de la troupe sur Twitter 
    "L'arrogance et l'hostilité de la troupe d'Hamilton envers 
le vice-président élu (...) rappelle que la gauche continue à 
lutter", écrit Newt Gingrich, qui pourrait entrer au 
gouvernement de Trump. 
 
 (Brendan O'Brien à Milwaukee, Timothy McLaughlin à Chicago et 
Alex Dobuzinskis à Los Angeles; Danielle Rouquié pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant