USA-Marco Rubio brigue l'investiture républicaine

le
0

(Actualisé avec discours) par Steve Holland MIAMI, 13 avril (Reuters) - Le sénateur de Floride Marco Rubio a annoncé lundi son entrée dans la course à l'investiture républicaine pour l'élection présidentielle américaine de novembre 2016, qu'il a présentée comme un choix entre le passé et l'avenir. "Le moment est venu pour notre génération d'ouvrir la voie à un nouveau siècle américain (...) Pour changer les décisions que nous prenons, il faut changer les gens qui les prennent", a déclaré ce fils d'exilés cubains devant ses partisans rassemblés à la Freedom Tower de Miami, où les réfugiés fuyant la révolution castriste étaient recensés dans les années 60. "Cette élection ne porte pas seulement sur les lois que nous ferons adopter. C'est un choix de génération qui déterminera ce que nous sommes en tant qu'Etat", a-t-il insisté, avant de s'en prendre à Hillary Clinton, favorite du camp démocrate, qui avait officialisé la veille son entrée en lice. ID:nL5N0X90SQ Sans la nommer, l'élu de Floride âgé de 43 ans l'a qualifiée de "dirigeante du passé". "Mais le passé est révolu et nous ne reviendrons jamais en arrière. Nous, Américains, sommes fiers de notre histoire, mais notre pays a toujours été tourné vers l'avenir", a-t-il ajouté. Ses partisans représentent moins de 10% dans les enquêtes d'opinion, mais ses conseillers sont convaincus qu'il peut s'imposer dans une primaire républicaine où les prétendants devraient être nombreux. Le sénateur de Floride figurait sur la liste restreinte du candidat Mitt Romney pour le poste de vice-président en 2012. CONCURRENT DE JEB BUSH Il est le troisième à entrer dans la course à l'investiture du Grand Old Party après le sénateur du Texas Ted Cruz et celui du Kentucky Rand Paul. Cette course devrait le mettre aux prises avec son ancien mentor politique et ex-gouverneur de Floride, Jeb Bush, deuxième fils de George Herbert Bush et frère de George W. Bush, tous deux ex-présidents des Etats-Unis. Jeb Bush ne s'est pas encore officiellement déclaré mais il a indiqué en décembre qu'il "étudiait activement la possibilité de se présenter" et a annoncé la constitution d'un Comité d'action politique (PAC), une organisation collectant des contributions en vue de financer une campagne électorale. Si son ascension politique est largement liée au mouvement contestataire ultra-conservateur du Tea Party en 2010, Marco Rubio peut compter sur certains appuis plus traditionnels au sein du Parti républicain ainsi qu'au sein du réseau d'inspiration libertarienne mis en place par les milliardaires Charles et David Koch. Ses positions en faveur d'une réforme du système d'immigration américain pourraient toutefois constituer un sujet de discorde au sein du GOP où beaucoup considèrent comme une "amnistie" la réforme voulue par Barack Obama pour régulariser la situation d'une partie des sans-papiers. Rubio a collaboré avec les sénateurs démocrates sur la proposition de réforme en 2013 qui ouvrait la voie à la citoyenneté américaine pour de nombreux clandestins. La loi avait été enterrée à la Chambre des représentants à majorité républicaine. Depuis, il a révisé sa position sur ce sujet pour la mettre plus en conformité avec celle de son parti, estimant notamment que la priorité allait à un renforcement de la sécurité aux frontières avant toute naturalisation. (Pierre Sérisier et Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant