USA-Manifestants dans les rues à Ferguson avant le couvre-feu

le
0

par Ellen Wulfhorst FERGUSON, Missouri, 17 août (Reuters) - Les manifestants ont continué à protester samedi à Ferguson dans le Missouri une semaine après la mort d'un adolescent noir abattu par un policier, plusieurs centaines de personnes descendant dans la rue quelques heures avant le début du couvre-feu décrété par le gouverneur de l'Etat. Le gouverneur Jay Nixon a déclaré l'état d'urgence dans le but de rétablir le calme après une semaine de vives tensions liées à la mort de l'adolescent, qui n'était pas armé. Le policier qui a tué Michael Brown est blanc. Le couvre-feu sera en vigueur entre minuit et cinq heures du matin (05h00 à 10h00 GMT) jusqu'à nouvel avis, a précisé le capitaine de la police des autoroutes Ron Johnson, nommé cette semaine par le gouverneur pour assurer la sécurité dans la communauté urbaine de St Louis et apaiser les esprits. L'ambiance, parmi les manifestants était tendue, contrastant avec l'atmosphère festive de jeudi soir. Des dizaines de policiers en gilet pare-balles attendaient sous la pluie. Certains ont dit craindre des violences de la police à l'approche de l'entrée en vigueur du couvre-feu. Auparavant, le gouverneur Nixon avait eu un face-à-face tendu avec la population lors d'une conférence de presse organisée dans une église proche de Ferguson. "Nous allons voir si une communauté, cette communauté, peut rompre le cycle de la peur, de la défiance et de la violence, et les remplacer par la paix, la force et, au bout du compte, la justice", a dit le gouverneur Jay Nixon, un démocrate, à l'assemblée. Dans le public, certains se sont mis en colère et demandé que le policier qui a tiré sur Michael Brown soit poursuivi pour meurtre avec préméditation, seul moyen selon eux d'obtenir le retour au calme. Mais, a dit le gouverneur Nixon, il s'agit d'une question de sécurité du public. "Il n'est pas possible d'avoir des pillages et des crimes la nuit. On ne veut pas que les gens aient peur". Vendredi, la police de la ville a identifié Darren Wilson, 28 ans, comme étant le policier qui a tiré sur Michael Brown peu après minuit alors qu'il marchait dans la rue avec un ami. Vendredi soir, après la relative accalmie de jeudi, la colère a repris le dessus. Les manifestants, essentiellement des Noirs, ont envahi un quartier résidentiel et commercial. Ils se sont retrouvés face aux forces de police composées essentiellement de Blancs. "NE TIREZ-PAS" Samedi, les gens qui défilaient dans les rues de la ville brandissaient des panneaux sur lesquels ont pouvait lire : "Les vies noires, ça compte" ou encore "Ne tirez-pas". En publiant l'identité du policier présenté comme le tueur la police a exacerbé les tensions en disant que la victime, âgée de 18 ans, était soupçonnée d'un vol de cigarillos dans un magasin. D'autant plus qu'après plusieurs heures, la police a déclaré que le policier Darren Wilson ne savait pas que Michael Brown était soupçonné de vol. Il n'y a pas de relation entre la mort du jeune homme et le cambriolage présumé, a dit le chef de la police de Ferguson, Tom Jackson. Le révérend Al Sharpton, président de l'association National Action Network, a annoncé qu'il prendrait la tête d'un rassemblement dimanche avec la famille de Michael Brown. La version donnée par la police de la mort de Michael Brown diffère de celle donnée par les témoins et notamment de celle de l'ami de Michael Brown qui marchait avec lui dans la rue, Dorian Johnson, qui est âgé de 22 ans. Selon la version des policiers, Darren Wilson a demandé à Michael Brown de ne pas rester dans la rue et de se mettre sur le trottoir. Michael Brown s'est heurté à la voiture de patrouille et s'est battu avec Darren Wilson à propos de son arme de service. L'officier de police, blessé au visage, a alors tiré sur l'adolescent à plusieurs reprises. Mais Dorian Johnson, l'ami de l'adolescent, qui se trouvait avec lui ce jour-là, ainsi qu'un autre témoin, ont dit que l'officier Wilson a tenté d'attraper le jeune Michael Brown par la fenêtre de son véhicule et que l'adolescent tentait de s'éloigner du policier quand on lui a tiré dessus. Michael Brown a alors levé les mains comme pour se rendre mais le policier est sorti de sa voiture et a tiré sur lui à plusieurs reprises. L'avocat de la famille Brown, Anthony Gray, a annoncé samedi qu'une seconde autopsie du corps de Michael Brown serait menée par un spécialiste de médecine légale de haut niveau, rapporte la chaîne de télévision CNN. La police fédérale, le FBI, était sur les lieux samedi pour interroger les habitants. Le défenseur des libertés publiques Jesse Jackson était également présent. Il a fait dire une prière près du monument improvisé à la mémoire de Michael Brown près de l'endroit où il est mort. (Danielle Rouquié et Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant