USA-Les républicains se maintiennent à la Chambre et défendent le Sénat

le
0
 (Actualisé avec nouveaux résultats) 
    WASHINGTON, 9 novembre (Reuters) - Les républicains ont, 
sans surprise, conservé le contrôle de la Chambre des 
représentants à l'issue d'un scrutin législatif organisé mardi 
en même temps que l'élection présidentielle, rapportent les 
grandes chaînes de télévision américaines.  
    Au Sénat, le Parti semble également susceptible de conserver 
sa majorité, les avancées démocrates anticipées dans les 
sondages peinant à se matérialiser, comme dans la course à 
l'élection présidentielle où Donald Trump enregistre une avance 
croissante selon les premiers résultats. 
    Quelque 226 millions d'électeurs étaient appelés à 
renouveler les 435 sièges de la Chambre des représentants et 34 
des 100 sièges du Sénat. 
    Les résultats proclamés pour 28 des 34 sièges en jeu ne 
donnent aux démocrates qu'un nouveau siège : dans l'Illinois 
Tammy Duckworth a gagné le scrutin face au républicain sortant 
Mark Kirk.     
    Les résultats pour les autres sièges en jeu restent encore 
incertains. 
    Dans l'Indiana, les "networks" américains projetaient la 
défaite de l'ancien sénateur démocrate Evan Bayh, qui échoue à 
reprendre ses fonctions face au républicain Todd Young. 
    En Floride, le sénateur sortant et candidat malheureux à la 
primaire républicaine Ted Cruz a été réelu. 
    La Chambre est aux mains des républicains depuis 2011 et le 
Sénat depuis deux ans. La plupart des enquêtes d'opinion 
publiées avant le scrutin avaient montré que les démocrates 
n'avaient guère de chances de s'imposer à la Chambre des 
représentants. 
    Pour reprendre le contrôle de la chambre haute, les 
démocrates devaient gagner cinq nouveaux sièges. Les 
républicains disposaient avant le scrutin de 54 sièges de 
sénateurs, face à 44 démocrates et deux indépendants qui 
s'alignent sur les positions du parti de Barack Obama. Dans la 
pratique, une majorité qualifiée de 60 sièges est nécessaire au 
Sénat pour faire passer certains dossiers. 
    Un renouvellement de la majorité républicaine au Congrès est 
susceptible, dans le cas d'une victoire de Trump, de signer 
l'arrêt des réformes menées par Barack Obama notamment en 
matière de santé. Si Hillary Clinton l'emporte, au contraire, 
une majorité républicaine devrait, comme pour son prédécesseur, 
limiter sa marge de manoeuvre législative. 
     
     
 
 (Richard Cowan et Susan Cornwell; Benoit Van Overstraeten pour 
le service français, édité par Julie Carriat) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant