USA-Les républicains déterminés à enterrer l'accord avec l'Iran

le , mis à jour à 23:29
0

WASHINGTON, 10 septembre (Reuters) - Le président de la Chambre des représentants John Boehner a indiqué jeudi que ses collègues du parti républicain feraient tout ce qui était en leur pouvoir pour s'opposer à l'adoption par le Congrès américain de l'accord sur le programme nucléaire iranien. Les élus républicains "utiliseront tous les outils" à leur disposition pour empêcher la promulgation de l'accord conclu le 14 juillet entre l'Iran et le groupe P5+1, réunissant les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu et l'Allemagne, a dit John Boehner. Au Sénat, une motion républicaine hostile à l'accord de Vienne a été bloquée jeudi, une victoire pour le président Barack Obama. Ce vote permet la poursuite du débat, les opposants à l'accord nucléaire n'ayant pu rassembler les 60 voix nécessaires pour présenter une motion de désapprobation. Toutefois, le chef de file de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a aussitôt annoncé qu'il prenait les mesures nécessaires pour qu'un nouveau vote soit organisé à la chambre haute. Mercredi, à la Chambre des représentants, les opposants à l'administration démocrate de Barack Obama avaient annoncé qu'ils envisageaient de renoncer à une motion de désapprobation au profit d'une autre procédure législative. John Boehner avait ensuite indiqué que les élus de son parti à la chambre basse se réservaient le droit de revenir à leur option initiale si une telle résolution était adoptée au Sénat lors d'un vote prévu dans la journée ou vendredi. Le Nuclear Review Act, promulgué par Barack Obama au mois de mai, accorde au Congrès américain jusqu'au 17 septembre pour adopter ou rejeter l'accord conclu avec la République islamique après des années de négociations. Le parti républicain a déposé une motion de désapprobation après l'envoi du texte de l'accord au Congrès le 20 juillet. La motion, qui doit être votée dans un délai de 60 jours, devrait être logiquement adoptée puisque le Grand Old Party est majoritaire dans les deux chambres. Barack Obama pourra alors faire usage de son veto face à cette défiance du pouvoir législatif. Pour contourner cette prérogative présidentielle, les parlementaires devront se prononcer sur un nouveau texte de défiance à une majorité qualifiée des deux tiers, seuil que les républicains ne devraient pas parvenir à atteindre, notamment au Sénat. (Patricia Zengerle; Pierre Sérisier et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant