USA-Les propriétés de Trump sous protection, nouvelles manifestations

le
0
    NEW YORK/WASHINGTON, 10 novembre (Reuters) - La police a mis 
en place des barrières de sécurité jeudi devant le nouvel hôtel 
de Donald Trump à Washington, et une rangée de plots de béton 
maintenait les passants à distance de la Trump Tower à New York, 
sur fond de nouvelles manifestations dans plusieurs villes du 
pays contre le président élu. 
    Après les rassemblements anti-Trump de mercredi dans au 
moins dix villes américaines de Boston à Berkeley, où les 
participants ont scandé "Ce n'est pas mon président!" et "Non à 
Trump!", de nouvelles manifestations ont eu lieu jeudi à San 
Francisco mais aussi au Texas et à New York. 
    A San Francisco, plus de 1.000 étudiants ont fait l'école 
buissonnière jeudi matin pour aller défiler dans le quartier 
financier en agitant des drapeaux arc-en-ciel représentant les 
communautés LGBT, mais aussi des drapeaux mexicains et des 
pancartes hostiles à Trump. 
    Plusieurs centaines d'étudiants de l'Université de l'Etat du 
Texas, à San Marcos, se sont rassemblés sur le campus en 
s'indignant de l'élection de Donald Trump. 
    Une manifestation à Washington Square, dans Manhattan, a 
rassemblé plusieurs centaines de personnes. 
    Des appels à manifester ont été lancés également pour le 
week-end, mais aussi pour le 20 janvier, jour de l'investiture 
du nouveau président. 
     
    AMERICAINS ET PATRIOTES AVANT TOUT 
    Un représentant de l'équipe de campagne de Trump n'a pas 
répondu aux sollicitations concernant les manifestations mais 
Rudy Giuliani, ancien maire de New York et grand partisan de 
Donald Trump, a parlé à l'égard des contestataires de "tas 
d'enfants gâtés et de pleurnichards". 
    "Les véritables crétins de gauchistes sur les campus, ce 
sont les profs, pas les étudiants", a-t-il ajouté jeudi sur la 
chaîne Fox News. "Aussi (les étudiants) sont-ils d'autant plus 
influencés par les profs(...) Qu'ils se calment, les choses ne 
vont pas aussi mal qu'ils le pensent!" 
    Plus de 20 personnes ont été arrêtées aux premières heures 
de jeudi pour entrave à la circulation lors des manifestations à 
Los Angeles et à Richmond, en Virginie. Les manifestations de 
mercredi soir à Los Angeles et Oakland, en Californie, ont 
attiré plusieurs milliers de personnes. 
    A Washington, Barack Obama a fait savoir jeudi via son 
porte-parole qu'il croyait au droit des Américains à protester 
pacifiquement contre l'élection de Trump, mais qu'il souhaitait 
que les gens comprennent que "nous sommes américains et 
patriotes" avant d'être des démocrates ou des républicains. 
    "Il est important que nous nous souvenions, au lendemain ou 
au surlendemain de l'élection, que nous sommes démocrates et 
républicains, mais qu'avant toute chose, nous sommes américains 
et patriotes", a dit à la presse le porte-parole de la Maison 
blanche, Josh Earnest. "Et c'est le message que le président 
souhaite que le plus de gens possible reçoivent". 
     
 
 (Gina Cherelus, Ian Simpson et Roberta Rampton; Eric Faye pour 
le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant