USA-Les pressions salariales plaident pour un statu quo de la Fed

le
0

WASHINGTON, 8 août (Reuters) - La productivité non agricole a rebondi plus que prévu aux Etats-Unis au deuxième trimestre mais un vif ralentissement de la hausse du coût unitaire du travail atteste de pressions salariales discrètes, élément qui plaide en faveur d'un statu quo prolongé de la part de la Réserve fédérale. Le département du Travail a annoncé vendredi que la productivité avait augmenté de 2,5% en variation annualisée, en première estimation, après une contraction de 4,5% au premier trimestre, la plus prononcée depuis le quatrième trimestre 1981. En première estimation, la productivité avait été annoncée en baisse de 3,2% au premier trimestre. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient une productivité en hausse de 1,5% sur la période avril-juin. Ce rebond de la productivité est en phase avec celui du PIB au deuxième trimestre, ce dernier ayant crû de 4,0% après une contraction de 2,1% le trimestre précédent. Le coût unitaire du travail a augmenté de 0,6% au deuxième trimestre, après un bond de 11,8% (5,7% en première estimation) le trimestre précédent, le plus marqué depuis le quatrième trimestre 2012. Le consensus des économistes donnait une hausse de 1,4% au deuxième trimestre. Par rapport au deuxième trimestre 2013, la productivité a augmenté de 1,2% et le coût unitaire du travail de 1,9%. Tableau: ID:nLLA8JEA0X Les indicateurs américains en temps réel ECONUS (Lucia Mutikani, Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant