USA-Les créations d'emploi au plus bas depuis 2013

le
0

* Seulement 126.000 créations d'emploi en mars * Taux de chômage inchangé * Progression du salaire horaire moyen (Actualisé avec statistiques supplémentaires, contexte) par Lucia Mutikani WASHINGTON, 3 avril (Reuters) - Les créations d'emploi aux Etats-Unis sont tombées en mars à leur plus bas niveau depuis décembre 2013, ce qui renforce l'impression de fragilité de la reprise économique américaine dans un contexte marqué par la vigueur du dollar et pourrait inciter la Réserve fédérale à ne pas précipiter une hausse des taux d'intérêt. Le nombre de créations d'emploi dans le secteur non-agricole s'est élevé à 126.000 le mois dernier, selon les chiffres publiés vendredi par le département du Travail. C'est quasiment deux fois moins que ce qu'anticipaient les économistes (245.000). Cela met fin à 12 mois consécutifs de créations d'emploi supérieures à 200.000, la plus longue série depuis 1994. Les chiffres de janvier et février ont en outre été révisés à la baisse, avec au total 69.000 emplois de moins créés au cours des deux premiers mois de l'année. Les mauvaises conditions climatiques cet hiver, l'appréciation rapide du dollar, la faiblesse de la demande mondiale et un conflit social, désormais réglé, dans les ports de la côte Ouest se sont conjugués pour freiner la croissance aux Etats-Unis au cours du premier trimestre mais cet ensemble de facteurs était jusqu'à présent resté sans conséquence sur l'emploi. "Il ne fait aucun doute que l'économie reflète les effets négatifs du raffermissement du dollar et de l'effondrement des cours du pétrole. Les bénéfices des entreprises sont sous pression et les embauches sont ajustées en conséquence", a expliqué Jim Baird, responsable de l'investissement chez Plante Moran Financial Advisors. Les investisseurs n'ont pas pu réagir directement, les marchés étant fermés pour cause de vendredi saint pour les chrétiens, mais les futures sur indices ont reculé à la Bourse de New York, qui devrait donc ouvrir dans le rouge lundi. La perspective d'un relèvement des taux de la Fed s'est éloignée aux yeux de certains, ce qui a fait reculer le dollar par rapport à l'euro, aux alentours de 1,10 dollar pour un euro EUR= , et a stimulé la demande pour les Treasuries. SIGNES POSITIFS Ce tableau nettement plus sombre que prévu de la situation de l'emploi aux Etats-Unis risque d'alimenter les craintes d'un ralentissement prolongé de l'activité. La plus pessimiste des estimations de croissance du produit intérieur brut (PIB) sur les trois premiers mois de 2015 n'est désormais que de 0,6% en rythme annualisé, mais ce ralentissement paraissait jusqu'à présent essentiellement momentané. Le secteur manufacturier, sensible à la vigueur du dollar, a perdu 13.000 emplois le mois dernier, la plus forte baisse depuis juillet 2013. La construction a vu disparaître un millier d'emplois et le secteur minier, affecté par l'effondrement des cours du pétrole, 11.000. Au total, le secteur privé n'a créé que 129.000 emplois en mars après 264.000 en février. "Je ne tire pas encore la sonnette d'alarme. Cela reste un chiffre de premier trimestre", a réagi Win Thin, responsable de la stratégie devises de Brown Brothers Harriman. "Nous n'avons pas encore une image nette de la situation économique. (Cela) viendra dans les prochains mois." Le rapport mensuel du département du Travail recèle aussi quelques signes positifs. Le taux de chômage s'est maintenu à un plus bas de six ans et demi, à 5,5%, en raison de sorties de la population active, tandis que le salaire horaire moyen a progressé de sept cents, soit une hausse de 2,1% sur un an. Or, autant que l'emploi, l'évolution des salaires est un élément pris en compte par la Fed pour décider d'un relèvement des taux d'intérêt, maintenus quasiment à zéro depuis décembre 2008. La Réserve fédérale a laissé entendre qu'elle allait resserrer sa politique monétaire dans le courant de l'année mais certains pensent qu'elle pourrait désormais attendre 2016. "Les chiffres de l'emploi sont beaucoup plus faibles que ce que tout le monde avait anticipé. Ces chiffres donnent à penser que nous n'assisterons pas à une hausse des taux lors de la réunion de la Fed en juin et que le début de la normalisation de la politique monétaire interviendra plus tard dans l'année", a dit Jim Kochan, de Wells Fargo Funds Management. "Il y a encore une probabilité que cela arrive en juin mais j'en suis nettement moins convaincu aujourd'hui qu'hier. Nous aurons encore beaucoup de statistiques économiques d'ici juin, donc il peut encore se passer beaucoup de choses." Tableau ID:nLLA3FEBG8 Les indicateurs américains en temps réel ECONUS (Bertrand Boucey pour le service français, édité par Marc Angrand)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant