USA-Le département d'Etat près d'approuver le projet Keystone XL

le
0
    WASHINGTON, 23 mars (Reuters) - Le département d'Etat 
américain approuvera vendredi le permis pour lancer le chantier 
de l'oléoduc Keystone XL entre le Canada et les Etats-Unis, 
rapportent deux sources gouvernementales.  
    Le projet, rejeté par les défenseurs de l'environnement, 
avait été bloqué par l'ex-président Barack Obama. 
    Cette décision enclenchera un processus qui pourrait se 
révéler long et compliqué en raison des nombreux recours déposés 
et des feux verts requis de la part des agences de régulation. 
    Mais le projet, proposé en 2008, a des chances de voir le 
jour maintenant qu'il est soutenu par la nouvelle administration 
de Donald Trump, qui en a souhaité la construction quelques 
jours après son arrivée au pouvoir le 20 janvier dernier.  
    Selon une source au fait du dossier, le département d'Etat 
voudrait valider le projet avant lundi, date butoir fixée par 
Donald Trump dans un décret ordonnant la construction de 
l'oléoduc ainsi que celui de Dakota Access.   
    C'est le sous-secrétaire du département d'Etat pour les 
affaires politiques, Tom Shannon, qui devrait approuver le 
permis transfrontalier déposé par la société TransCanada 
 TRP.TO  pour construire l'oléoduc reliant l'Alberta, au Canada, 
et le Nebraska, aux Etats-Unis. 
    Le secrétaire d'Etat Rex Tillerson, qui était jusqu'à l'an 
dernier le PDG du géant pétrolier Exxon Mobil  XOM.N , s'est en 
effet récusé il y a deux semaines sous la pression de Greenpeace 
pour éviter un conflit d'intérêts, car l'oléoduc bénéficierait à 
Exxon.   
    Le projet Keystone doit permettre d'acheminer plus de 
800.000 barils par jour de pétrole lourd des sables bitumineux 
de l'Alberta jusqu'aux raffineries et ports du golfe du Mexique, 
via un réseau d'oléoducs partant déjà du Nebraska. 
    Barack Obama avait rejeté le projet en soulignant qu'il ne 
permettrait pas de réduire le prix du carburant pour 
l'automobiliste américain et aggraverait les émissions 
contribuant au réchauffement climatique.  
    TransCanada a de nouveau présenté sa demande après le décret 
signé par Trump le 24 janvier.  
    "Nous lutterons contre ces projets avec nos alliés dans le 
pays et au-delà des frontières, et nous continuerons de bâtir 
l'avenir que le monde souhaite voir", a déclaré Diana Best, une 
militante de Greenpeace, l'un des groupes hostiles au projet.  
 
 (Valerie Volcovici, Timothy Gardner; Jean-Stéphane Brosse pour 
le service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant