USA-Le chef des patrouilles frontalières "invité" à quitter son poste

le
0
 (Actualisé avec précisions sur Morgan et syndicat) 
    WASHINGTON, 26 janvier (Reuters) - Mark Morgan, chef du 
corps des patrouilles des frontières, s'est vu demander par 
l'administration Trump de quitter ses fonctions, ont dit à 
Reuters deux sources au fait du dossier. 
    Il a déclaré à son personnel, jeudi matin, qu'il ne 
démissionnait pas mais quittait la direction de ses services à 
la demande de la nouvelle équipe républicaine, selon un 
responsable du département de la Sécurité intérieure qui s'est 
exprimé sous le sceau de l'anonymat. 
    La nouvelle du départ de Mark Morgan intervient au lendemain 
de l'annonce par Donald Trump d'un vaste plan de renforcement de 
la sécurité des frontières, englobant la construction d'un mur 
le long de la frontière avec le Mexique. 
    Le syndicat des agents de patrouille des frontières, qui 
avait apporté son soutien à Trump durant la campagne 
présidentielle et a salué les premières décisions du nouveau 
président, s'était montré acerbe envers Mark Morgan. Le syndicat 
lui avait reproché son soutien aux plans de Barack Obama visant 
à mettre à l'abri des expulsions une partie des immigrants 
clandestins. 
    Le bureau exécutif du syndicat National Border Patrol 
Council (NBPC) avait, dans une tribune publiée le 30 novembre 
par le site internet conservateur Breitbart, accusé Mark Morgan 
d'être arrogant et une "honte pour le corps de Border Patrol". 
    Contrairement à de nombreux responsables des services de 
patrouille aux frontières, Mark Morgan n'a pas gravi les 
échelons de la hiérarchie interne mais a fait une bonne partie 
de sa carrière au FBI. Il a accédé seulement à l'automne dernier 
à la tête du corps des patrouilles frontalières. 
 
 (Lesley Wroughton; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant