USA-La pauvreté recule pour la première fois en 7 ans

le
0

WASHINGTON, 16 septembre (Reuters) - Le taux de pauvreté a baissé aux Etats-Unis l'an dernier pour la première fois depuis 2006, signe que la reprise économique commence enfin à améliorer le sort des plus défavorisés. Pour autant, les chiffres publiés mardi par le Census Bureau montrent que le revenu de l'Américain moyen a stagné en 2013 en tenant compte de l'inflation, et qu'il est resté inférieur de 8% à son niveau de 2007, avant la récession. Le revenu médian des ménages américains - soit celui au-dessus duquel se situe la moitié de la population - s'est établi à 51.939 dollars (40.138 euros), soit une augmentation de seulement 180 dollars, évolution statistiquement négligeable, par rapport à 2012. Mais le taux de pauvreté, soit le pourcentage de la population vivant avec un revenu inférieur au seuil de pauvreté défini par le Census Bureau, a connu une évolution plus significative en reculant à 14,5% l'an dernier contre 15% en 2012. Cette baisse semble surtout due à un recul du travail à temps partiel subi, puisque l'enquête montre que 2,8 millions d'Américains ont trouvé un travail à temps plein en 2013. "Ce semble être la principale raison", a indiqué Charles Nelson, un responsable du bureau de statistiques qui présente tous les ans des estimations sur les revenus, la pauvreté et les prestations sociales. Une famille de deux adultes et de deux enfants est considérée comme vivant sous le seuil de pauvreté si ses revenus de 2013 ont été inférieurs à 23.624 dollars. Malgré sa baisse, qui a surtout concerné la communauté hispanique, le taux de pauvreté reste supérieur de deux points à son niveau de 2006. Parallèlement, la proportion d'Américains non couverts par une assurance santé a diminué à 14,5% contre 14,7% en 2012. Selon des économistes du privé, la reprise américaine est devenue concrète pour la population l'an dernier avec le rebond du marché immobilier, l'augmentation des embauches et la création d'emplois à plein temps. C'est une bonne nouvelle pour le président Barack Obama et son Parti démocrate à l'approche des élections dites de "mi-mandat" au mois de novembre. "Il y a toutes les raisons de penser que ces progrès ont continué en 2014", écrivent les économistes de la Maison blanche Jason Furman et Betsey Stevenson dans un blog. (Jason Lange et Susan Heavey à Washington et Caroline Humer à New York,; Marc Angrand et Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant