USA-La croissance ralentit plus que prévu au T4

le
0
    * Croissance de 0,7% au T4 en première estimation 
    * Les stocks et le commerce extérieur pèsent 
    * Les dépenses de consommation ralentissent 
 
 (Actualisé avec précisions, commentaire, réaction des marchés) 
    par Lucia Mutikani 
    WASHINGTON, 29 janvier (Reuters) - La croissance de 
l'économie américaine a ralenti plus que prévu au quatrième 
trimestre, sous le coup d'un nouvel effet de stocks négatif et 
d'un commerce extérieur plombé par la vigueur du dollar et la 
faiblesse de la conjoncture mondiale, selon une première 
estimation publiée vendredi par le département du Commerce. 
    Le produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis a ainsi 
augmenté de 0,7 % en rythme annualisé sur la période 
octobre-décembre, alors que les économistes avait tablé sur une 
croissance de 0,8%. Elle avait été de 2,0% au troisième 
trimestre et de 3,9% au deuxième. 
    L'activité économique a également été tirée vers le bas par 
une météo inhabituellement clémente sur les trois derniers mois 
de 2015, qui a pesé sur le demande d'énergie et d'équipements 
hivernaux. La chute des cours du pétrole a par ailleurs conduit 
les entreprises pétrolières à diminuer leurs investissements. 
    Autre signe inquiétant, les dépenses de consommation, qui 
représentent les deux tiers de l'activité économique des 
Etats-Unis, ont ralenti sur le dernier trimestre 2015, avec une 
croissance de 2,2%, contre 3% au trimestre précédent. Ce 
ralentissement est cependant moins marqué que prévu. 
    Certains freins pesant sur la croissance, comme les stocks 
et les températures trop élevées pour la saison, ne devraient 
pas persister dans le temps. Nombre d'économistes anticipent 
ainsi une réaccélération de la croissance au premier trimestre 
2015. 
    Wall Street a ouvert en hausse après la publication de cette 
statistique, les investisseurs se mettant à espérer que le 
ralentissement de la croissance incite la Réserve fédérale à 
adopter un rythme lent pour la poursuite de la remontée de ses 
taux d'intérêt. 
     
    LA FED POURRAIT ATTENDRE JUIN 
    La banque centrale américaine a relevé ses taux en décembre, 
pour la première fois depuis près de 10 ans. Elle n'a pas 
formellement exclu un nouveau relèvement dès le mois de mars 
mais la volatilité qui règne sur les marchés financiers pourrait 
l'amener à patienter jusqu'en juin. 
    Mercredi, la Fed avait pris acte du ralentissement de la 
croissance à la fin de l'année dernière tout en soulignant que 
les "conditions du marché du travail avaient continué de 
s'améliorer".  ID:nL8N15B51I  
    "Si l'on considère que ce ralentissement est largement dû 
aux effets des vents contraires qui soufflent sur l'économie 
mondiale, de la vigueur du dollar et de la correction prolongée 
des stocks, la Fed peut se consoler en constatant que la 
situation de l'économie américaine reste encourageante", note 
Millan Mulraine, économiste chez TD Securities.      
    Autres effets de la publication des chiffres de la 
croissance, les prix des Treasuries ont légèrement baissé et le 
dollar a maintenu ses gains face à un panier de devises de 
référence  .DXY . 
    Sur l'ensemble de 2015, la croissance a été de 2,4%, 
inchangée par rapport à 2014. 
    Les premiers chiffres du PIB montrent que les entreprises 
ont accumulé pour 68,6 milliards de dollars de stocks sur les 
trois derniers mois de l'année, contre 85,5 milliards de dollars 
de stocks au troisième trimestre.  
    Cet effet de stocks négatif a amputé le PIB du quatrième 
trimestre de 0,45 point de pourcentage.     
 
 (Lucia Mutikani; Benoit Van Overstraeten pour le service 
français, édité par Patrick Vignal) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant