USA : la CIA accusée d'avoir espionné le Congrès et détruit des rapports

le
1
USA : la CIA accusée d'avoir espionné le Congrès et détruit des rapports
USA : la CIA accusée d'avoir espionné le Congrès et détruit des rapports

La CIA s'est retrouvée mardi au centre d'un scandale politique aux Etats-Unis, accusée d'avoir violé la Constitution en fouillant des ordinateurs utilisés par des enquêteurs parlementaires, dans une affaire relative aux anciennes techniques d'interrogatoire de l'agence d'espionnage ou le «waterboarding», une technique considérée comme de la torture. Ces accusations ont déclenché une bagarre publique rare entre la CIA et le Congrès, le directeur de l'agence d'espionnage John Brennan niant avoir cherché à faire obstacle à l'enquête de la commission du Renseignement du Sénat, sans toutefois commenter les faits en détail.

«La CIA n'espionnait pas, d'aucune façon, la commission du Renseignement», s'est défendu John Brennan, devant le Council on Foreign Relations. L'affaire commence il y a plusieurs années. De 2009 à 2012, des experts de cette commission ont enquêté sur un sujet brûlant: les techniques d'interrogatoires musclés employées par la CIA entre 2002 et 2006, sous le mandat de George W. Bush, et notamment la simulation de noyade.

Une violation de la Constitution et de la séparation des pouvoirs

Dianne Feinstein, présidente de la commission et l'une des personnes les plus puissantes du Congrès, a affirmé mardi que la CIA avait accédé aux ordinateurs utilisés par les enquêteurs, confirmant de récentes fuites dans la presse. Mais elle a aussi accusé l'agence d'avoir supprimé des documents compromettants en accédant sans autorisation à ces ordinateurs.

«Je suis très inquiète, la fouille de la CIA pourrait bien avoir violé le principe de séparation des pouvoirs incarné dans la Constitution américaine», a-t-elle lancé lors d'une déclaration fracassante et minutieusement détaillée. Selon elle, la CIA pourrait avoir aussi violé un décret datant de 1981 qui interdit à l'agence de mener des opérations de surveillance sur le territoire américain. L'affaire a été transmise au département de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 le mardi 11 mar 2014 à 23:40

    Eh oui! Pauvres congressistes américains qui croient encore que l'Amérique est une démocratie!