USA/Immobilier-Recul plus fort que prévu des promesses de vente en mai

le , mis à jour le
0
    WASHINGTON/NEW YORK, 29 juin (Reuters) - Principaux 
indicateurs du marché immobilier américain publiés ce mois-ci: 
     
    * LES PROMESSES DE VENTE EN BAISSE DE 3,7% EN MAI 
    29 juin - Les promesses de vente de logements se sont 
contractées plus fortement que prévu en mai aux Etats-Unis. 
    La Fédération nationale des agents immobiliers (NAR) a 
annoncé mercredi que son indice des promesses de vente, calculé 
à partir des compromis signés le mois dernier, avait baissé de 
3,7% à 110,8. 
    Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à un 
recul de 1,1%. 
    L'indice de la NAR est inférieur de 0,2% à son niveau de mai 
2015, ce qui constitue la première baisse sur un an en près de 
deux ans. 
    La progression de l'indice en avril a été revue en baisse, à 
3,9% contre 5,1% dans la précédente estimation. 
    Les chiffres des mois de mars et d'avril, deux mois 
essentiels pour le marché immobilier, ont néanmoins été 
supérieurs aux attentes et le recul plus marqué que prévu en mai 
traduit en partie un manque de stocks, selon la NAR. 
    Les promesses se transforment généralement en contrats 
fermes un ou deux mois plus tard. 
    Tableau   
     
    * RALENTISSEMENT DE LA HAUSSE DES PRIX IMMOBILIERS 
    28 juin - Les prix immobiliers aux Etats-Unis ont augmenté 
comme prévu en avril mais sont en baisse légère par rapport au 
mois précédent, montre l'enquête mensuelle S&P/Case-Shiller. 
    L'indice des prix calculé sur la base des données de 20 
grandes métropoles américaines a augmenté de 5,4% en avril sur 
un an, un peu moins que les 5,5% de hausse de mars. Les 
économistes interrogés par Reuters prévoyaient bien une hausse 
de 5,4%. 
    "La hausse des prix reflète un bas taux de chômage et des 
taux de crédit immobilier bas et une humeur généralement 
positive du consommateur", explique David M. Blitzer, 
responsable du comité de l'indice chez S&P Dow Jones Indices. 
    La hausse des prix a été de 1,1% en avril par rapport à mars 
en données ajustées des variations saisonnières, précise 
l'enquête. 
     
    * VENTES DE MAISONS EN BAISSE MAIS LE MARCHÉ RESTE SOLIDE 
    23 juin - Les ventes dans l'immobilier résidentiel ont 
fléchi en mai vis-à-vis de leur pic de plus de huit mois du mois 
précédent, sans remettre en cause la solidité du marché 
immobilier dans son ensemble, lequel profite d'un début de 
revalorisation salariale et de taux de prêt très bas. 
    Ces ventes ont baissé de 6,0% à un total annualisé CVS de 
551.000 unités, a annoncé le département du Commerce jeudi. 
Elles avaient représenté 586.000 unités en avril, ce qui reste 
leur meilleur niveau depuis février 2008, au lieu des 619.000 
unités données en première estimation. 
    Les économistes interrogés par Reuters tablaient sur 560.000 
unités pour ces ventes qui représentent 9,1% environ du marché 
immobilier résidentiel. 
    Par rapport à mai 2015, ces ventes ont progressé de 8,7%. 
    Au rythme de vente de mai, il faudrait 5,3 mois pour écouler 
toutes les maisons, neuves ou de seconde main, disponibles, 
contre 4,9 mois en avril.  
    Le prix moyen d'une maison a augmenté de 1,0% par rapport à 
mai 2015, à 290.400 dollars. 
     
    Tableau:     
     
     
     
    * LES REVENTES DE LOGEMENTS À UN PIC DE NEUF ANS EN MAI 
    22 juin - Les reventes de logements ont atteint en mai leur 
niveau le plus élevé depuis neuf ans aux Etats-Unis, suggérant 
une économie toujours robuste en dépit du ralentissement des 
créations d'emplois le mois dernier. 
    La National Association of Realtors (NAR), principale 
fédération d'agents immobiliers du pays, a fait état mercredi 
d'une hausse de 1,8% des ventes de logements anciens au rythme 
annualisé de 5,53 millions de transactions, un chiffre qui 
n'avait plus été atteint depuis février 2007.  
    Le total d'avril a été révisé à la baisse à 5,43 millions au 
lieu de 5,45 millions annoncé il y a un mois. Les économistes 
interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne des reventes à un 
rythme annualisé de 5,54 millions de logements en mai. 
    Par rapport à mai 2015, les reventes sont en hausse de 4,5%. 
    Le nombre de logements à vendre a augmenté de 1,4% par 
rapport à avril, à 2,14 millions. Sur un an, l'offre a toutefois 
baissé de 5,7%. 
    Le prix moyen d'un logement ancien a augmenté de 4,7% sur un 
an, au niveau record de 239.700 dollars. 
    Tableau   
     
    * MISES EN CHANTIER EN BAISSE, PERMIS EN HAUSSE 
    17 juin - Les mises en chantier de logements aux Etats-Unis 
ont diminué en mai mais la hausse continu des délivrances de 
permis de construire entretient l'espoir de voir le secteur de 
la construction contribuer à la croissance au deuxième 
trimestre. 
    Les mises en chantier ont baissé de 0,3% en données 
corrigées des variations saisonnières à 1,16 million en rythme 
annualisé, a annoncé vendredi le département du Commerce, après 
1,17 million en avril.  
    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en 
moyenne un repli plus marqué, à 1,15 million.  
    Les permis de construire, eux, ont augmenté de 0,7% en mai à 
1,14 million en rythme annualisé.  
    La construction résidentielle avait contribué à hauteur de 
près de 0,6 point de pourcentage à la croissance du produit 
intérieur brut (PIB) au premier trimestre, sa plus forte 
contribution en près de trois ans.  
    Tableau   
     
    * HAUSSE DE L'INDICE NAHB À 60 EN JUIN 
    16 juin - L'indice de confiance des professionnels du 
secteur de l'immobilier calculé par la fédération NAHB a 
progressé plus qu'attendu en juin à 60 après 58 en mai. 
    Les économistes et analystes interrogés par Reuters 
tablaient en moyenne sur un chiffre de 59. 
    Les principales composantes de l'indice sont à la hausse, 
celle des ventes à un horizon de six mois remontant de 65 à 70.  
     
    * FORTE BAISSE DES DÉPENSES DE CONSTRUCTION EN AVRIL  
    1er juin - Les dépenses de construction aux Etats-Unis ont 
subi en avril une baisse de 1,8%, la plus marquée depuis plus de 
cinq ans, ce qui pourrait conduire certains économistes à 
réduire leurs prévisions de croissance pour le deuxième 
trimestre. 
    Ce recul est intervenu après une hausse de 1,5% en mars, un 
chiffre revu en hausse par rapport à l'estimation initiale, a 
précisé mercredi le département du Commerce. 
    La baisse d'avril est la plus forte depuis janvier 2011.  
    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en 
moyenne une hausse de 0,6% des dépenses en avril celle de 0,3% 
annoncée initialement pour mars.  
    Sur un an, les dépenses de construction aux Etats-Unis 
accusent toutefois encore une hausse de 4,5%.  
    Le détail des chiffres d'avril montre un recul de 1,5% des 
dépenses de construction privée, le plus marqué depuis janvier 
2013, et de 2,8% pour les dépenses publiques.  
    Tableau   
     
 
 (Service économique) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant