USA/Immobilier-Les promesses de vente quasi stables en octobre

le , mis à jour le
0
    WASHINGTON/NEW YORK, 29 novembre (Reuters) - Principaux 
indicateurs du marché immobilier américain publiés depuis le 
début du mois: 
     
    * LES PROMESSES DE VENTE QUASI STABLES EN OCTOBRE 
    30 novembre - Les promesses de vente dans l'immobilier 
ancien n'ont que faiblement progressé en octobre en dépit d'une 
demande toujours solide, une stabilité qui peut s'expliquer par 
le stock limité de maisons à vendre. 
    La Fédération nationale des agents immobiliers (NAR) a 
annoncé mercredi que son indice des promesses de vente, calculé 
à partir des compromis signés le mois dernier, avait augmenté de 
0,1% à 110,0 en octobre, après une hausse (révisée) de 1,4% en 
septembre. 
    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en 
moyenne une progression de 0,2% en octobre. L'indice de 
septembre a été révisé à 109,9 au lieu de 110,0.   
    Par rapport à octobre 2015, l'indice affiche tout de même 
une hausse de 21,8%, a souligné la NAR.     
    Tableau   
     
    * LES PRIX IMMOBILIERS EN HAUSSE DE 5,1% SUR UN AN 
    29 novembre - Les prix immobiliers dans les 20 principales 
métropoles des Etats-Unis ont augmenté de 0,1% en septembre en 
données brutes et de 5,1% en rythme annuel, montrent mardi les 
résultats de l'enquête mensuelle S&P/Case-Shiller.  
    La hausse des prix sur un an est inchangée par rapport à 
août. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en 
moyenne une augmentation de 0,4% d'un mois sur l'autre et de 
5,2% en rythme annuel. 
    En données corrigées des variations saisonnières (CVS), les 
prix immobiliers dans les 20 grandes métropoles suivies par 
Case-Shiller sont en hausse  de 0,4% par rapport à août, comme 
attendu. 
     
    * BAISSE DE 1,9% DES VENTES DE LOGEMENTS NEUFS EN OCTOBRE 
    23 novembre - Les ventes dans l'immobilier neuf résidentiel 
aux Etats-Unis ont, contre toute attente, diminué en octobre, 
mais ce recul devrait être temporaire en raison du dynamisme du 
marché du travail. 
    Les ventes ont reflué de 1,9% à 563.000 unités en rythme 
annualisé, corrigé des variations saisonnières, selon les 
chiffres publiés mercredi par le département du Commerce. Celles 
de septembre ont été révisées en baisse à 574.000 unités au lieu 
des 593.000 unités annoncées en première estimation. 
    Les économistes s'attendaient à ce que les ventes de 
logements neufs, qui représentent environ 9,1% du marché de 
l'immobilier résidentiel, soient stables en octobre. 
    Les ventes de logements neufs varient largement d'un mois 
sur l'autre et sont sujettes à d'importantes révisions. Par 
rapport à octobre 2015, les ventes ont augmenté de 17,8%. 
    Selon une statistique publiée mardi, les reventes de 
logements ont atteint en octobre leur plus haut niveau depuis 
neuf ans et demi. La demande de logements est stimulée par la 
hausse des salaires à mesure que le marché du travail se 
rapproche du plein emploi.  
    L'immobilier pourrait également profiter à court terme d'une 
hausse des taux des prêts immobiliers qui pourrait amener 
certains acheteurs à se précipiter sur des biens dans 
l'anticipation d'une poursuite du renchérissement du crédit. 
    D'après les données du cabinet Freddie Mac, le taux 
hypothécaire à 30 ans a augmenté de près de 40 points de base à 
près de 4% depuis l'élection de Donald Trump.  
    Le mois dernier, le stock de logements neufs sur le marché a 
augmenté de 2,9% à 246.000 unités, au plus haut depuis septembre 
2009. Au rythme de ventes d'octobre, il faudrait 5,2 mois pour 
écouler le stock de logements disponibles, contre 5 mois en 
septembre. 
    Tableau:   
    Les indicateurs américains en temps réel  ECONUS  
     
    * REVENTES DE LOGEMENTS AU PLUS HAUT DEPUIS 9 ANS ET DEMI  
    22 novembre - Les reventes de logements ont atteint en 
octobre leur plus haut niveau au depuis neuf ans et demi, ce qui 
confirme une accélération de la croissance au quatrième 
trimestre. 
    Un récent mouvement de hausse des taux des prêts immobiliers 
menace cependant de ralentir l'activité d'un marché immobilier 
qui souffre encore d'une pénurie de logements disponibles à la 
vente. 
    Les taux des prêts immobiliers suivent en effet ceux des 
rendements obligataires, qui ont grimpé sur des anticipations de 
hausse de l'inflation sous l'effet de la politique économique 
que mettra en oeuvre Donald Trump. 
    La National Association of Realtors (NAR), principale 
fédération d'agents immobiliers du pays, a fait état mardi d'une 
hausse de 2% des reventes le mois dernier, à 5,6 millions 
d'unités en rythme annualisé, au plus haut depuis février 2007. 
     Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en 
moyenne un repli de 0,5% à 5,43 millions d'unités. 
    Les reventes de logements en septembre ont été légèrement 
révisées à la hausse, à 5,49 millions d'unités contre 5,47 
millions annoncées initialement. 
    L'immobilier est stimulé par la bonne santé du marché de 
l'emploi qui a remis en selle des salariés auparavant découragés 
par la crise financière de 2007-2009. La hausse des salaires 
montre également des signes d'accélération même si cela ne 
suffit pas à compenser l'envolée des prix de l'immobilier. 
     
    Tableau:   
     
    * LES MISES EN CHANTIER BONDISSENT DE PLUS DE 25% 
    17 novembre - Les mises en chantier ont bondi en octobre de 
25,5%, à un pic de plus de neuf ans, ce qui pourrait annoncer un 
impact positif de l'immobilier résidentiel sur la croissance de 
l'économie américaine au quatrième trimestre. 
    Elles ont atteint le rythme annuel de 1,32 million d'unités, 
leur plus haut niveau depuis août 2007, a annoncé jeudi le 
département du Commerce. Il s'agit de la plus forte augmentation 
en pourcentage depuis juillet 1982. 
    La progression a été générale dans toutes les régions des 
Etats-Unis. 
    Le chiffre du mois de septembre n'a pas été révisé, à 1,05 
million d'unités. 
    Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à un 
rythme de 1,16 million d'unités en octobre. 
    Le secteur de la construction résidentielle a été un frein à 
la croissance économique des Etats-Unis au cours des deux 
derniers trimestres. 
    La construction de maisons individuelles, qui représente la 
plus grande partie du marché de l'immobilier résidentiel aux 
Etats-Unis, a augmenté de 10,7% au rythme de 869.000 unités en 
octobre, un pic depuis octobre 2007. 
    Les mises en chantier de logements collectifs, un indicateur 
volatil, se sont envolées de 68,8% au rythme de 454.000 unités. 
    La délivrance de permis de construire a progressé de 0,3% en 
octobre. 
    Tableau   
     
    * L'INDICE NAHB RESTE À 63 
    16 novembre - La confiance des professionnels du secteur de 
l'immobilier est restée stable en novembre aux Etats-Unis, 
conformément aux attentes, rapporte mercredi la fédération NAHB. 
    L'indice de cette fédération immobilière est ainsi resté à 
63 ce mois-ci, comme en octobre. 
    Le sous-indice des ventes de maisons individuelles n'a lui 
non plus pas bougé, à 69. 
    Le sous-indice des acheteurs potentiels s'est légèrement 
redressé, d'un point à 47, retrouvant ainsi son niveau de 
septembre, tandis que le sous-indice des perspectives à six mois 
a un peu fléchi à 69 contre 71, révisé, le mois dernier. 
         
    * LES DÉPENSES DE CONSTRUCTION EN BAISSE DE 0,4% EN 
SEPTEMBRE 
    1er novembre - Les dépenses de construction aux Etats-Unis 
ont subi en septembre un recul inattendu, en raison notamment 
d'une forte diminution des investissement dans les 
infrastructures non-résidentielles du secteur privé, montrent 
les statistiques officielles publiées mardi, qui pourraient 
conduire à une révision en légère baisse du produit intérieur 
brut (PIB). 
    Le département du Commerce a fait état d'une baisse de 0,4% 
des dépenses globales de construction, après un repli de 0,5% en 
données révisées en août. Sur un an, les dépenses sont en recul 
de 0,2% en septembre. 
    Les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne 
sur une hausse de 0,5% en septembre après la baisse de 0,7% 
annoncée initialement pour août.  
    Les dépenses de construction privées ont diminué de 0,2% en 
septembre, alors que celles de construction résidentielle 
augmentaient de 0,5% après une baisse de 1,2% le mois précédent. 
    Les chiffres du PIB publiés vendredi dernier notaient déjà 
que la construction résidentielle avait pesé sur la croissance 
au troisième trimestre. 
    Les dépenses de construction d'infrastructures 
non-résidentielles du secteur privé, qui incluent les usines, 
les hôpitaux et les routes, ont chuté de 1,0% en septembre, leur 
plus forte baisse depuis décembre, après une hausse de 0,5% en 
août. 
    Les dépenses de construction publiques, elles, ont diminué 
de 0,9% en septembre pour tomber à leur plus bas niveau depuis 
mars 2014. 
    Tableau   
     
    Les indicateurs américains en temps réel  ECONUS  
 
 (Service économique) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant