USA/Immobilier-Les promesses de vente au plus haut depuis 9 ans

le , mis à jour à 16:23
0

WASHINGTON/NEW YORK, 28 mai (Reuters) - Les principaux indicateurs du marché immobilier américain publiés ce mois-ci : * PROMESSES DE VENTES EN HAUSSE DE 3,4% EN AVRIL * 28 mai - Les promesses de vente immobilières ont augmenté pour un quatrième mois consécutif en avril aux Etats-Unis pour atteindre leur plus haut niveau depuis neuf ans, confirmant la santé retrouvée du marché immobilier. La Fédération nationale des agents immobiliers (NAR) a fait état jeudi d'une hausse de 3,4% de son indice basé sur les promesses signées le mois dernier, à 112,4, soit son niveau le plus élevé depuis mai 2006. Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient en moyenne à une progression de 0,9%. L'augmentation des promesses de vente, qui se concrétisent généralement après un mois ou deux, laisse entrevoir un rebond des reventes de maisons après leur baisse de 3,3% annoncée pour avril. Sur un an, les signatures de contrats de vente ont augmenté de 14,0%, leur plus forte hausse annuelle depuis septembre 2012. Tableau de la statistique ID:nW1N0UR008 * HAUSSE PLUS FORTE QUE PRÉVU DES VENTES DE LOGEMENTS NEUFS 26 mai - Les ventes de logements neufs aux Etats-Unis ont augmenté plus que prévu en avril et leur prix médian a bondi, montrant que le marché immobilier repart de l'avant après un repli temporaire. Selon les chiffres publiés mardi par le département du Commerce, les ventes ont progressé de 6,8% pour ressortir à un taux annuel corrigé des variations saisonnières de 571.000. Le chiffre de mars a été révisé à la hausse à 484.000 unités au lieu de 481.000. Les économistes interrogés par Reuters attendaient pour le mois dernier un chiffre en progression à 510.000 unités. Le stock de logements en vente a de son côté augmenté de 0,5% seulement, à 205.000, un niveau qui représente moins de la moitié des sommets atteints pendant le boom immobilier des années 2000. Avec cette offre toujours limitée, le prix médian des transactions est ressorti en hausse de 8,3% par rapport à avril 2014, à 297.300 dollars. Les ventes de logements neufs représentent 9,3% du marché immobilier aux Etats-Unis. Tableau de la statistique ID:nLLAQGEBK3 * LES PRIX EN HAUSSE DE 5% EN MARS, SELON CASE-SHILLER 26 mai - L'indice S&P/Case-Shiller mesurant les prix des maisons individuelles dans 20 zones urbaines a progressé de 5% en mars en glissement annuel après une hausse de même ampleur en février, confirmant le rebond du marché immobilier. Les économistes prévoyaient en moyenne une augmentation de 4,7%. Comme en février, Denver et San Francisco ont affiché les hausses de prix les plus marquées, de 10,3% et 10% respectivement sur les 12 derniers mois. "Les prix immobiliers continuent d'augmenter plus vite que les revenus des ménages et les salaires, ce qui aura pour effet de réduire le pool d'acquéreurs futurs. Cela suggère qu'il y aura un moment à un autre une modération de la hausse des prix", a commenté David Blitzer, président du comité des indices pour S&P Dow Jones Indices. "On peut parler d'un rebond des prix immobiliers mais non de bulle, il n'y a aucune raison d'être inquiet", a-t-il ajouté. Tableau de la statistique ID:nZXN08GN00 * BAISSE DE 3,3% DES REVENTES DE LOGEMENTS EN AVRIL 21 mai - Les reventes de logements sont retombées en avril, la faiblesse des stocks de biens disponibles ayant poussé les prix à la hausse, un chiffre qui va à l'encontre des perspectives positives pour le marché immobilier. La National Association of Realtors (NAR), principale fédération d'agents immobiliers du pays, a fait état d'une baisse de 3,3% des reventes à 5,04 millions en rythme annualisé. Le rythme des ventes de mars a été revu en légère hausse à 5,21 millions contre 5,19 millions annoncé initialement. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse en avril à 5,24 millions d'unités en rythme annualisé. La faiblesse relative des reventes de logements altère l'un des segments les plus positifs de l'économie américaine après le net ralentissement de la croissance du premier trimestre. Tableau ID:nW1N0S102F * NET REBOND DES MISES EN CHANTIER EN AVRIL 19 mai - Les mises en chantier de logements ont fortement augmenté en avril, à leur plus haut niveau en près de sept ans et demi, et le nombre de permis de construire a bondi également, une note d'espoir pour l'économie américaine qui peine à se redresser après un premier trimestre morose. Les mises en chantier ont connu une poussée spectaculaire de 20,2% en avril, au rythme annuel de 1,14 million d'unités, leur plus haut niveau depuis novembre 2007, en données corrigées des variations saisonnières, a annoncé mardi le département du Commerce. Il s'agit de la plus forte hausse depuis février 1991. Le chiffre du mois de mars a été revu en hausse à 944.000 unités contre 926.000 en première estimation. Les permis de construire ont également connu une forte hausse, de 10,1%, au rythme de 1,14 million également, leur plus haut niveau depuis juin 2008. Les économistes interrogés par Reuters attendaient des chiffres de 1,02 million pour les mises en chantier et de 1,06 million pour les permis de construire. Tableau: ID:nLLAJGEBJO * RECUL INATTENDU DU MORAL DES PROMOTEURS 18 mai - Le moral des promoteurs immobiliers s'est légèrement détérioré en mai aux Etats-Unis, de manière inattendue, même s'ils restent une majorité à juger les conditions de marché favorables, a annoncé lundi l'Association nationale des constructeurs de logements (National Association of Home Builders, NAHB). L'indice NAHB/Wells Fargo a reculé à 54 après 56 en avril, alors que les économistes interrogés par Reuters l'attendaient à 57. La hausse du mois d'avril avait succédé à trois mois consécutifs de baisse. Un indice supérieur à 50 signifie qu'une majorité de promoteurs juge les conditions de marché favorables. Il n'est plus passé sous ce seuil depuis juin 2014. "Les consommateurs manifestent de la prudence et souhaitent disposer d'une plus grande stabilité financière avant d'acheter un logement", souligne David Crowe, économiste de la NAHB. * DÉPENSES DE CONSTRUCTION À UN CREUX DE SIX MOIS 1er mai - Les dépenses de construction sont tombées en mars à un creux de six mois aux Etats-Unis en raison notamment d'un déclin marqué dans les projets résidentiels privés. Elles ont baissé de 0,6% au taux annualisé de 966,6 milliards de dollars, le plus faible montant depuis septembre, a annoncé vendredi le département du Commerce. Les dépenses du mois de février ont été révisées et s'affichent désormais stables et non pas en baisse de 0,1%. Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à une hausse de 0,5% en mars. Le recul est imputable notamment à la baisse de 1,6% des dépenses dans les constructions résidentielles privées, leur contraction la plus forte depuis juin. Les dépenses dans les constructions non résidentielles privées ont en revanche progressé de 1,0% tandis que les dépenses de construction de l'Etat fédéral ont chuté de 4,9%. Tableau: ID:nLLA1GEBIE Les indicateurs américains en temps réel ECONUS


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant