USA-Hillary Clinton en appelle aux autorités sur le Daraprim

le
0

par Amanda Becker WASHINGTON, 19 octobre (Reuters) - Hillary Clinton, qui brigue l'investiture démocrate en vue de l'élection présidentielle de 2016, a exhorté lundi les autorités de tutelle à accélérer la commercialisation des médicaments génériques et à déjouer les comportements anticoncurrentiels dans l'industrie pharmaceutique. Hillary Clinton en a ainsi appelé à la Food and Drug Administration (FDA) et à la Commission fédérale du Commerce (Federal Trade Commission, FTC) après avoir dénoncé "les comportements inqualifiables de Turing Pharmaceuticals", selon des courriers dont Reuters a pris connaissance. La société pharmaceutique s'est attiré l'ire de la candidate démocrate le mois dernier à la suite d'informations suivant lesquelles elle avait porté le prix du Daraprim, un traitement ancien des infections parasitaires dangereuses, de 13,50 dollars à 750 dollars, après en avoir pris possession. Le coup de sang d'Hillary Clinton a provoqué une chute des cours des valeurs du secteur pharmaceutique. Martin Shkreli, le directeur général de Turing, a promis d'abaisser le prix du Daraprim à un niveau non précisé. La société entreprend également de changer de nom de marque après avoir été vilipendée dans l'émission "Saturday Night Live". Dans une lettre envoyée à la FDA, Hillary Clinton observe que pour l'instant, le prix du Daraprim n'a pas vraiment bougé et que la décision d'"augmenter le prix artificiellement" revient à exploiter les patients vulnérables et dépendants du médicament, souvent utilisé par les malades souffrant de déficience immunitaire. "La FDA doit procéder rapidement aux examens en cours et encourager les candidatures d'autres génériques au Daraprim", écrit Hillary Clinton. Dans le courrier expédié à la FTC Clinton prend acte du fait que l'organisme peut difficilement intervenir lorsqu'une flambée des prix "résulte d'une action unilatérale sur un marché sans concurrence" mais elle exhorte l'organisme à passer à la loupe l'industrie pharmaceutique en général et Turing en particulier. "Je pense que ce serait rendre un grand service au Congrès et au gouvernement si la FTC étudiait le dossier et indiquait s'il était possible d'amender nos lois, et de quelle manière, pour traiter ce problème", lance-t-elle. Clinton demande enfin à la FTC de déterminer si la décision de Turing d'augmenter le prix du Daraprim équivaut à un comportement anticoncurrentiel susceptible d'être réprimée par elle. La question du prix des médicaments est également creusée par les parlementaires démocrates et par le ministère public des Etats-Unis. Le Daraprim a attiré l'attention en raison de la hausse énorme appliquée à son prix d'origine. Shkreli a plaidé sa cause en déclarant que Turing aiderait les patients nécessiteux, que le nouveau prix restait inférieur à ceux de traitements comparables et que les profits dégagés des ventes du Daraprim viendraient financer le développement d'autres médicaments. Clinton a dévoilé en septembre un projet visant, entre autres, à plafonner à 250 dollars (225 euros) par mois le coût des médicaments sur ordonnance. Le Daraprim et Shkreli figurent dans une publicité télévisée commandée par l'équipe de campagne d'Hillary Clinton et montrant de quelle manière elle compte s'attaquer à "l'envolée des restes à charge". "Personne aux Etats-Unis ne devrait avoir à choisir entre acheter un médicament indispensable et payer son loyer", affirme-t-elle dans cette publicité. (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant