USA-Goldman Sachs prié de préciser sa proximité avec Trump

le
0
    10 février (Reuters) - Deux membres du Sénat américain ont 
demandé par écrit au PDG de l'influente banque d'affaires 
Goldman Sachs  GS.N  de s'expliquer sur l'implication éventuelle 
de salariés de son groupe dans la rédaction de certains des 
décrets présidentiels signés par Donald Trump sur la 
réglementation bancaire et financière. 
    Dans leur lettre, datée du 9 février et rendue publique 
vendredi, les élues démocrates Elizabeth Warren et Tammy Baldwin 
demandent à Lloyd Blankfein des précisions sur les activités de 
"lobbying" de la banque liées à la remise en question de la loi 
Dodd-Frank et de la règle fiduciaire sur le conseil en 
investissement.  
    Blankfein est également prié de détailler les profits que 
pourrait réaliser Goldman Sachs si ces réformes entraient en 
vigueur. 
    "Nous n'avons joué aucun rôle dans la rédaction d'un 
quelconque décret présidentiel", a déclaré vendredi un 
porte-parole de la banque. 
    En décembre, Donald Trump a nommé Gary Cohn, ancien 
président et directeur général adjoint de Goldman Sachs, à la 
tête du Conseil économique national de la Maison blanche, une 
instance chargée de coordonner la politique économique fédérale. 
    La semaine dernière, le président a ordonné par décret un 
réexamen des règles d'encadrement des activités bancaires 
entrées en vigueur depuis la crise financière de 2008, 
s'attirant des critiques du camp démocrate, qui lui reproche de 
défendre les intérêts de Wall Street. 
    "Les décrets présidentiels publiés par le président Trump 
vendredi de la semaine dernière nous conduisent à nous demander 
à quel point les conseils de Cohn à Trump sont bons pour Wall 
Street mais mauvais pour les Américains", écrivent les deux 
sénatrices. 
    "Goldman Sachs serait un important bénéficiaire de ces 
efforts de dérégulation du secteur financier." 
    Outre Gary Cohn, Donald Trump a choisi un autre ancien de 
Goldman Sachs, Steven Mnuchin, comme secrétaire au Trésor. 
    Dans leur lettre, Elizabeth Warren et Tammy Baldwin 
demandent que leur soient transmis tous les échanges entre des 
salariés de la banque et Cohn, Mnuchin, Jay Clayton, pressentie 
pour prendre la présidence de la SEC, le gendarme des marchés 
américains, ou encore Steve Bannon, "stratège en chef" de la 
Maison blanche.  
      
 
 (Sruthi Shankar; Marc Angrand pour le service français) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant