USA-Enquête sur des airbags ARC après un accident mortel

le
0
    WASHINGTON, 4 août (Reuters) - L'autorité américaine de la 
sécurité routière a annoncé jeudi approfondir son enquête sur 
des airbags d'ARC Automotive après un accident mortel provoqué 
le mois dernier au Canada par la rupture d'un de ces équipements 
dans un véhicule Hyundai. 
    L'enquête concerne quelque huit millions d'airbags installés 
jusqu'en 2004 dans des véhicules de General Motors  GM.N , Fiat 
Chrysler Automobiles  FCHA.MI , Hyundai Motor  005380.KS  et Kia 
Motors  000270.KS , a précisé la NHTSA (National Highway Traffic 
Safety Administration), en ajoutant qu'elle pourrait être 
étendue à des véhicules plus récents. 
    Les autorités canadiennes ont également ouvert une enquête. 
    ARC, un fabricant américain basé dans le Tennessee et non 
coté en Bourse, n'a pas répondu à une demande de commentaire. 
    Les régulateurs accordent une attention particulière aux 
airbags depuis le scandale Takata  7312.T , du nom du groupe 
japonais dont les équipements défectueux ont entraîné le rappel 
de plus de 100 millions de véhicules dans le monde. 
    La NHTSA avait ouvert en juillet 2015 une première enquête, 
avec 490.000 véhicules concernés, après le signalement de deux 
cas de blessures aux Etats-Unis à la suite de la rupture de 
coussins d'air fabriqués par ARC à son usine du Tennessee. 
    L'enquête a été étendue après la confirmation qu'un accident 
mortel au Canada, le 8 juillet, était en lien avec une rupture 
d'airbag ARC. Le véhicule concerné est une Hyundai Elandra de 
2009, avec un airbag produit en Chine. 
    GM, Fiat Chrysler et Hyundai ont tous dit coopérer 
pleinement avec l'enquête de la NHTSA. 
 
 (David Shepardson, Véronique Tison pour le service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant