USA: DraftKings et FanDuel renoncent aux mises de joueurs new-yorkais

le
0
USA: DraftKings et FanDuel renoncent aux mises de joueurs new-yorkais
USA: DraftKings et FanDuel renoncent aux mises de joueurs new-yorkais

Les deux géants des jeux sportifs en ligne, DraftKings et FanDuel, ont accepté de ne plus admettre de mises de joueurs de l'Etat de New York, en vertu d'un accord conclu avec le procureur annoncé lundi.L'accord ne met pas complètement fin au contentieux judiciaire qui opposait les sites au procureur de cet Etat, Eric Schneiderman, mais règle la question centrale des jeux payants, qui avait amené le ministère public à engager des poursuites."Comme je l'ai dit depuis le début, ma mission est de faire appliquer la loi et à partir d'aujourd'hui, DraftKings et FanDuel vont la respecter", a déclaré Eric Schneiderman dans un communiqué publié lundi.DraftKings et FanDuel sont des sites dits de Daily Fantasy Sports (DFS), une compétition virtuelle appuyée sur le monde bien réel du sport professionnel.Ces sites proposent aux internautes, moyennant une mise de départ, de créer des équipes virtuelles composées de vrais athlètes professionnels, équipes dont les résultats seront fonction des réelles performances individuelles de ces sportifs.Chaque concours dure une journée seulement et les concurrents les plus inspirés peuvent gagner, en quelques heures, plus d'un million de dollars.En novembre, Eric Schneiderman avait enjoint ces deux sites de cesser leur activité dans l'Etat de New York.En décembre, la justice de l'Etat de New York avait prononcé une suspension temporaire, mais les deux sites avaient obtenu en appel de pouvoir continuer à fonctionner, dans l'attente d'un examen au fond.Eric Schneiderman faisait valoir que ces sites ne proposaient pas des jeux sportifs, comme ils l'affirment, mais des jeux de hasard, sans licence adéquate.Le débat n'est pas tranché mais le fait que les sites s'engagent à ne plus accepter de mises dans l'Etat de New York les sort, de fait, de la catégorie des jeux d'argent."Même si c'est un crève-coeur pour nous de restreindre l'accès aux compétitions payantes dans notre Etat d'origine, nous ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant