USA-Donald Trump attaque Ben Carson sur son passé

le
0

(actualisé avec autres déclarations de Trump) WASHINGTON, 8 novembre (Reuters) - L'un des deux favoris de la primaire républicaine, Donald Trump, a attaqué dimanche son rival Ben Carson sur son passé, estimant qu'il aurait à s'expliquer sur un certain nombre de points, dont celui de la célèbre école militaire de West Point. "Il va devoir s'expliquer sur beaucoup de points", a dit Donald Trump à la chaîne de télévision NBC. Prié par ailleurs sur CNN de dire si Ben Carson avait évoqué honnêtement son passé, il a répondu laconiquement: "Je ne le sais même pas". Ben Carson, qui est désormais au coude à coude dans certains sondages avec Donald Trump dans les intentions de vote pour les primaires républicaines en vue de la présidentielle de novembre 2016, a vu récemment certains détails de son passé remis en cause par la presse, ce qui pourrait nuire à sa crédibilité. Selon le site d'information politique Politico, Ben Carson, neurochirurgien à la retraite âgé de 64 ans, n'a jamais reçu de bourse d'étude de West Point, contrairement à ce que le candidat a laissé entendre dans son autobiographie et dans ses meetings de campagne. En outre, Ben Carson a dû revenir sur des actes de violence survenus lors de sa jeunesse après que CNN a contesté le récit qu'il en avait fait jusqu'ici. Dans son autobiographie, Ben Carson écrit que, adolescent, il avait essayé de poignarder un ami, appelé Bob dans le livre, dans l'estomac, précisant que la boucle de la ceinture de son camarade avait bloqué la lame. Or, dans un entretien accordé à Fox News puis à CNN à la suite d'un reportage de cette dernière disant qu'aucun de ses anciens camarades de classe interrogés ne se souvient des comportements violents de Ben Carson, ce dernier a dit que le garçon qu'il avait tenté de poignarder était "un proche". Lors de réunions publiques, l'ancien neurochirurgien de 64 ans ne manque pas de décrire son parcours, celui qui va d'une enfance pauvre dans le centre-ville de Detroit aux plus hauts échelons de la médecine. "Ce sont de petites choses qui portent atteinte à sa crédibilité", a estimé John Feehery, stratège républicain ne travaillant pour aucun des candidats en lice pour l'investiture. Ben Carson, qui a les faveurs de la frange évangélique de l'électorat républicain, a souvent évoqué ses accès de violence passés, depuis le lancement de sa campagne, soulignant qu'il avait réussi à les surmonter grâce à la foi et à un labeur acharné. Interrogé sur les comportements violents qu'aurait pu avoir Ben Carson, Donald Trump a estimé sur NBC : "Si vous souffrez d'une pathologie, c'est un problème. C'est lui qui l'a écrit, pas moi." (Susan Cornwell; Benoît Van Overstraeten et Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant