USA-Des banques accusées de manipulation de swaps de taux d'intérêt

le
0
    par Mike Kentz 
    NEW YORK, 26 novembre (IFR/Reuters) - Une action collective, 
déposée mercredi auprès de la justice américaine, accuse 10 des 
plus grandes banques présentes à Wall Street et deux 
plate-formes de transactions de s'être entendues pour limiter la 
concurrence sur le marché, pesant 320.000 milliards de dollars, 
des swaps de taux d'intérêt. 
    D'après cette action, Goldman Sachs  GS.N , Bank of America 
Merrill Lynch  BAC.N , JPMorgan Chase  JPM.N , Citigroup  C.N , 
Credit Suisse  CSGN.VX , Barclays  BARC.L , BNP Paribas 
 BNPP.PA , UBS  UBSG.VX , Deutsche Bank  DBKGn.DE  et Royal Bank 
of Scotland  RBS.L  ont fait en sorte d'empêcher les échanges de 
swaps de taux d'intérêt sur des plate-formes électroniques. 
    De ce fait, lit-on dans le document déposé auprès d'un 
tribunal de Manhattan, les banques incriminées ont réussi à 
décourager l'entrée d'institutions non bancaires sur le marché 
très lucratif d'échanges de swaps de taux d'intérêt. 
    Les banques "ont été en mesure d'extraire des milliards de 
dollars de taux monopolistiques, année après année (...)", 
poursuit le document. 
    Selon le texte de l'action collective, déposé par un fonds 
de pension, les banques ont, depuis 2007, "uni leur forces pour 
menacer, boycotter, intimider et (...) éliminer toute entité ou 
procédure susceptible de donner un accès aux échanges à des 
investisseurs". 
    "Les accusés ont fait cela pour une raison simple : 
préserver un extraordinaire centre de profit." 
    Goldman Sachs, Citigroup, Bank of America, BNP Paribas, 
Credit Suisse and Royal Bank of Scotland ont refusé de commenter 
l'action collective. Personne n'était disponible dans l'immédiat 
chez JP Morgan, Barclays, Deutsche Bank et UBS pour réagir. 
     
    LES PLATE-FORMES TRADEWEB ET ICAP ÉGALEMENT EN ACCUSATION 
    L'action en justice accuse également les plate-formes de 
transactions ICAP et Tradeweb, qui contrôlent les rouages clefs 
des infrastructures du marché des swaps, d'avoir favorisé ces 
pratiques anticoncurrentielles en faisant office de lieu de 
discussion de l'entente entre les banques et en prenant des 
décisions en leur faveur. 
    Neuf des 10 banques incriminées détiennent des parts dans 
Tradeweb et occupent des postes au conseil de l'administration 
de l'entreprise. Tradeweb est détenu en majorité par Thomson 
Reuters  TRI.TO , qui n'est pas cité dans l'action collective. 
    Tradeweb, ICAP et Thomson Reuters ont refusé de commenter 
l'information. 
    Le mois dernier, 12 banques, dont au premier chef JPMorgan 
Chase, Morgan Stanley  MS.N  et Barclays, ont payé 1,865 
milliard de dollars pour mettre fin aux poursuites 
d'investisseurs qui les accusaient d'avoir manipulé les prix et 
entravé la concurrence sur le marché des swaps de défaut de 
crédit (CDS).  ID:nL8N12H023  
    Au cours des derniers mois, sept banques ont accepté de 
verser plus de 10 milliards de dollars aux autorités américaines 
et européennes dans le cadre de règlements ou d'amendes pour 
manipulation présumée des taux de change.  ID:nL5N10O54X  
    En septembre,  l'autorité suisse de la concurrence (WEKO) a 
annoncé l'ouverture d'une enquête visant plusieurs banques pour 
manipulation présumée des cours des métaux précieux. 
 ID:nL5N11Y1CJ  
    Le scandale de la manipulation des taux interbancaires Libor 
a de son côté entraîné 22 inculpations au Etats-Unis et au 
Royaume-Uni et a déjà conduit des banques et des intermédiaires 
financiers à verser environ neuf milliards de dollars d'amendes 
et d'indemnités. 
 
 (Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par 
Bertrand Boucey) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant