USA-Clinton de retour en campagne après sa pneumonie

le , mis à jour à 00:19
0
    par Amanda Becker 
    GREENSBORO, Caroline du Nord, 15 septembre (Reuters) - 
H illary Clinton a fait son retour en campagne jeudi après trois 
jours de repos forcé pour soigner une pneumonie et a retrouvé 
son adversaire Donald Trump en progression dans les sondages. 
    Les conseillers de la candidate démocrate à l'élection 
présidentielle américaine du 8 novembre ont toujours dit 
s'attendre à ce que la course à la Maison blanche soit serrée. 
Mais, il apparaît clairement avec une série de nouvelles 
enquêtes d'opinions que le candidat républicain a enrayé sa 
faiblesse de l'été après avoir fait en sorte de prononcer des 
discours plus policés, moins improvisés. 
    Devant les journalistes présents dans son avion de campagne 
qui se rendait à Greensboro, en Caroline du Nord, Hillary 
Clinton est apparue en forme. Elle devait participer à un 
meeting de campagne et recentrer son discours sur les 
difficultés de ceux qui travaillent, thème qui s'est révélé 
porteur pour son rival républicain. 
    Hillary Clinton a déclaré à la presse qu'elle n'avait révélé 
sa pneumonie qu'à ses très proches conseillers vendredi dernier, 
parce qu'elle pensait qu'elle pourrait "passer par dessus" la 
maladie et continuer à faire campagne. 
    Hillary Clinton, 68 ans, s'est trouvée mal dimanche à New 
York lors des cérémonies marquant le quinzième anniversaire des 
attentats du 11-Septembre. Après avoir parlé d'un "coup de 
chaud", son équipe de campagne a par la suite annoncé qu'une 
pneumonie avait été diagnostiquée dès le vendredi 
précédent  
    Sa maladie a coïncidé avec une remontée de Trump dans les 
sondages. Le milliardaire est revenu à égalité avec elle, voire 
dispose d'une petite avance. Les sondages dans les Etats pivots, 
où devrait se décider l'issue de la présidentielle montrent que 
Donald Trump devance Hillary Clinton dans l'Iowa, l'Ohio, la 
Floride et le Nevada. Les deux rivaux sont au coude-à-coude en 
Caroline du Nord. 
    Le président de l'équipe de campagne d'Hillary Clinton, John 
Podesta, a déclaré que la candidate et ses conseillers n'étaient 
pas surpris. 
    "Nous avons toujours pensé que la course allait se 
resserrer. Nous avons le sentiment d'être en position de force 
avec des avantages d'organisationnels en Floride et dans 
l'Ohio", a déclaré John Podesta aux journalistes. "Ce n'est pas 
pour rien qu'on appelle ces Etats pivots." 
     
    "BEAUCOUP PLUS TRANSPARENTE" 
    Dans un discours au New York Economic Club, Trump s'en est 
tenu à son texte, évitant les improvisations qui lui valent en 
général des controverses à répétition. 
    L'homme d'affaires new-yorkais a dit estimer que les 
Etats-Unis devaient se fixer pour objectif d'atteindre une 
croissance économique annuelle de 3,5% mais qu'en fait, il 
visait 4%. Cet objectif a été à l'origine donné par Jeb Bush, 
qui fut un de ses rivaux à la primaire républicaine.  
    Donald Trump estime que son programme de baisses d'impôts 
pur créer 25 millions d'emplois en une décennie.  
    Selon Bob Shrum, conseiller en stratégie qui avait dirigé la 
campagne malheureuse du démocrate John Kerry en 2004 face au 
républicain George W. Bush, Hillary Clinton reste favorite pour 
remporter la Maison blanche parce que les changements 
démographiques la favorisent tandis que Trump est trop dépendant 
du vote de l'électorat blanc. 
    Ce qui a défavorisé Hillary Clinton, estime Bob Shrum, n'est 
pas les trois jours où elle est restée absente de la campagne, 
mais sa décision de ne pas révéler, avant d'y avoir été obligée 
dimanche, le diagnostic de pneumonie connu dès le vendredi. 
    "C'est peut-être injuste, mais ceci a été pris comme une 
nouvelle preuve de sa non transparence et c'est ce qui lui fait 
du tort", déclare le conseiller en stratégie. "Elle est beaucoup 
plus transparente que Trump mais elle n'en a reçu aucun crédit." 
    Ainsi, Hillary Clinton a publié ses déclarations de revenu. 
Les démocrates ont devancé à Trump de publier les siennes, mais 
les républicains ont dit qu'il ne les publierait pas tant qu'un 
audit fédéral n'aurait pas été achevé. 
    La santé des candidats étant sur le devant de la scène, 
Donald Trump, qui est âgé de 70 ans, a publié jeudi des 
précisions sur son récent examen médical. 
    Selon son équipe de campagne, les résultats de son examen 
montrent que cet amateur de hamburgers a un taux de cholestérol 
normal avec l'aide d'un médicament, la statine. Il pèse 107 
kilos et sa pression artérielle est normale. 
    Trump a lui-même décidé de jouer la transparence en 
participant au "Dr Oz Show", une émission de télévision 
populaire présentée par le Dr Mehmet Oz, un chirurgien.  
 
 (Avec Alana Wise et Ginger Gibson à Washington et Emily 
Stephenson à New York; Henri-Pierre André et Danielle Rouquié 
pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant