USA-Barack Obama "pas abattu" après la défaite de son camp

le
0

par Steve Holland WASHINGTON, 6 novembre (Reuters) - Le président Barack Obama est apparu mercredi plutôt serein, voire combatif, en tout cas "pas abattu" au lendemain de la perte du Sénat par les démocrates aux élections de mi-mandat aux Etats-Unis. Le président prend sa part de l'échec des démocrates et étudiera les idées des républicains, désormais majoritaires dans les deux chambres du congrès, mais ne les acceptera pas forcément si elles ne correspondent pas à ses priorités. Alors que le chef de l'Etat avait montré une propension à l'introspection après la perte de la majorité par les démocrates à la Chambre des représentants aux élections de mi-mandat en 2010, il est apparu relativement peu abattu mercredi lors de la conférence de presse qu'il a donnée au lendemain de la défaite. "Quand on est un homme politique, il y a des fois où on est déçu par les résultats des élections. Mais c'est peut-être simplement que je vieillis. Je ne sais pas. Je ne me sens pas abattu. Cela me donne de l'énergie parce que cela veut dire que la démocratie fonctionne", a déclaré le président. Il n'a pas été question de "raclée", le mot qu'il avait utilisé en 2010 et il n'a pas annoncé de changement de cap majeur ni de modification de son équipe à la Maison blanche. "Il est clair que c'était une bonne soirée électorale pour les républicains", a dit le président qui, avant les élections, avait noté qu'elles se tenaient pour la plupart dans des Etats qu'il avait perdu en 2012. BESOIN D'UN TRADUCTEUR A-t-il le sentiment maintenant qu'il aurait dû entretenir de meilleures relations avec les républicains au Congrès ?. On a entendu le président soupirer. De son point de vue, il a déjà essayé. Son offensive de charme en 2013 n'a pas permis de rapprocher les positions démocrates et républicaines sur la questions des recettes fiscales et des dépenses. Barack Obama a joué au golf avec le président républicain de la Chambre des représentants John Boehner pour mieux le connaître, mais se trouve peu de points communs avec Mitch McConnell, 72 ans, qui va devenir le nouveau chef de la majorité au Sénat. Le sénateur du Kentucky avait suscité la colère de la Maison blanche en 2010 quand il avait dit que le but "le plus important" des républicains était d'empêcher le président de remporter un second mandat. Et, cette fois, quatre ans plus tard, Mitch McConnell a cherché à transformer ces élections de mi-mandat en un référendum sur la performance de Barack Obama. Dans les cercles démocrates, un bon mot circule. Le nouveau chef républicain du Sénat et le président démocrate sont si éloignés l'un de l'autre qu'ils auront besoin d'un interprète-traducteur quand ils devront avoir des entretiens. Un bourbon du Kentucky pourrait-il aider à briser la glace ? Barack Obama, qui apprécie ce breuvage, le pense. "En fait, j'aimerais prendre un bourbon du Kentucky avec Mitch McConnell. Je ne sais pas quelle est sa boisson préférée, a dit le président, mais, vous savez, à propos de mes relations avec Mitch McConnell, il a toujours été très direct avec moi." (Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant