USA 2016-Warren, colistière potentielle de Clinton et arme anti-Trump

le
0
    * Elizabeth Warren est une figure de la gauche du Parti 
démocrate 
    * La sénatrice du Massachusetts est un atout pour rallier 
les électeurs de Bernie Sanders 
    * L'Ohio sera l'un des Etats clefs lors de la présidentielle 
du 8 novembre 
 
    par Amanda Becker 
    CINCINNATI, Ohio, 28 juin (Reuters) - A l'occasion de sa 
première apparition aux côtés d'Hillary Clinton, lundi dans 
l'Ohio, Elizabeth Warren, potentielle colistière de la candidate 
démocrate présumée, s'est montrée prompte à rendre coup pour 
coup à Donald Trump. 
    Lors d'un meeting à Cincinnati, la sénatrice du 
Massachusetts a défendu le bilan de Clinton, qui, dit-elle, a 
passé sa carrière à oeuvrer pour les valeurs du libéralisme 
politique quand le magnat de l'immobilier se concentrait lui sur 
ses intérêts financiers. 
    Chef de file de l'aile progressiste du Parti démocrate, 
Elizabeth Warren a montré lundi à des supporters enthousiastes 
réunis dans un des Etats à fort suspense présidentiel à quoi 
pourrait ressembler un ticket présidentiel exclusivement 
féminin. 
    "Quand Donald Trump dit qu'il va rendre sa grandeur à 
l'Amérique, il veut dire qu'il va la rendre encore plus grande 
pour les gens riches comme Donald Trump", a-t-elle dit, soutenue 
par les applaudissement d'Hillary Clinton. 
    Avec Warren, Clinton pourrait rallier une partie de 
l'électorat de Bernie Sanders, son ex-rival dans la course à 
l'investiture démocrate dont la campagne à tendance "démocrate 
socialiste" s'est attiré des électeurs de la gauche américaine 
peu enclins à voter pour elle. 
    Warren n'a pas mâché ses mots contre le candidat républicain 
présumé, le qualifiant de "petit faiseur de fric pas sûr de lui, 
qui ne se bat pour personne d'autre que lui-même". "Il vous 
traînera dans la boue pour obtenir ce qu'il veut. Voilà qui il 
est", a-t-elle mis en garde. 
    Après ces invectives, qui ont déclenché les hourras de la 
foule, la sénatrice démocrate a fait une pause dans son discours 
pour se tourner vers Clinton et l'applaudir. "Elle sait ce qu'il 
faut pour battre un tyran de peu de poids poussé par la cupidité 
et la haine", a-t-elle dit, soulignant l'action de Clinton pour 
limiter le pouvoir de Wall Street. 
    Prenant le micro, Clinton s'est dite ravie de l'approche 
agressive de Warren à l'égard de Trump: "J'adore comme elle 
arrive à énerver Donald Trump", a-t-elle dit. 
     
    TRUMP PREND LA MOUCHE  
    Si Warren avait besoin d'un signe de reconnaissance de la 
part du camp adverse en tant que colistière potentielle, Trump 
n'a pas hésité à le lui fournir. Dans un communiqué, le candidat 
démocrate l'a vivement critiquée, la qualifiant de "vendue" pour 
son soutien à Clinton, qui a selon lui accepté des donations 
émanant de Wall Street et a oeuvré en faveur du traité 
transatlantique (TIPP) - un sujet sur lequel Clinton a depuis 
changé de position. 
    Trump a en outre accusé la sénatrice de racisme, jugeant 
qu'elle avait menti sur ses origines indiennes pour faire 
avancer sa carrière. Elizabeth Warren a dit avoir des ancêtres 
Cherokee. 
    "C'est l'une des sénatrices les moins productives du Sénat 
américain", a-t-il dit à NBC. "Il y a une raison pour laquelle 
on l'appelle Pocahontas", a-t-il ajouté. 
    Les autres démocrates susceptibles d'accompagner Hillary 
Clinton sur son "ticket" pour la Maison Blanche se sont 
empressés de défendre Warren. "C'est ce qu'il fait, il attaque 
les gens. Il agit comme s'il attaquait leur personnalité, mais 
il s'en prend à sa propre personnalité quand il fait cela", a 
dit Sherrod Brown, sénateur de l'Ohio. 
    Autre colistier potentiel, le sénateur de Virginie Tim Kaine 
a dit pour sa part à Reuters: "Il ne faut rien croire de ce que 
dit Donald Trump. Un point c'est tout."  
     
    L'OHIO ETAT PIVOT 
    Lundi, Hillary Clinton tenait avec Warren son premier 
meeting à Cincinnati, troisième plus grande ville de l'Ohio, 
montrant l'importance qu'elle accorde à cet Etat. Qualifié de 
"Swing State" ou "Etat pivot", l'Ohio fait en effet partie de 
ces Etats indécis susceptibles de faire pencher la victoire vers 
le camp républicain ou démocrate le 8 novembre prochain.  
    Depuis 1964, le candidat qui y est arrivé en tête a toujours 
remporté la Maison Blanche et aucun candidat républicain n'a 
jamais été élu président sans avoir décroché l'Ohio. 
    Choisir Warren comme colistière permettrait à Clinton de 
courtiser deux groupes d'électeurs distincts: les partisans de 
Sanders mais aussi tous ceux qui s'inquiètent pour l'économie 
américaine et que les promesses protectionnistes de Trump 
attirent. 
    Elizabeth Warren est en effet partisane de limiter le 
pouvoir des grands groupes, et Clinton a souligné que son long 
combat pour les valeurs économiques progressistes en faisait une 
messagère parfaite pour contrer le message de Donald Trump. 
    Le secteur industriel de l'Ohio a été affecté par les 
ralentissements économiques récents, et la rhétorique anti-libre 
échange de Trump pourrait rencontrer un fort écho parmi 
l'électorat ouvrier. 
 
 (Julie Carriat pour le service français, édité par Henri-Pierre 
André) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant