USA 2016-Trump qualifie l'alliance Cruz-Kasich de "pathétique"

le
0
    par Steve Holland 
    WEST CHESTER, Pennsylvanie, 25 avril (Reuters) - Donald 
Trump a redoublé ses attaques lundi contre ses rivaux de la 
primaire républicaine américaine Ted Cruz et John Kasich après 
l'alliance annoncée par ces derniers pour essayer de l'empêcher 
de remporter l'investiture du Grand Old Party pour l'élection 
présidentielle de novembre aux Etats-Unis. 
    Le milliardaire new-yorkais est donné favori pour remporter 
les cinq Etats qui organisent des primaires mardi, ce qui a 
déclenché l'initiative inédite de ses rivaux qui se sont promis 
de ne pas se concurrencer dans l'Indiana, au Nouveau-Mexique et 
dans l'Oregon. 
    Malgré l'avance de Donald Trump, le sénateur Ted Cruz veut 
montrer qu'il a bien l'intention de se maintenir dans la course 
à l'investiture jusqu'à la convention républicaine de juillet à 
Cleveland, qui choisira son champion pour la Maison blanche. 
    Pour preuve, son directeur de campagne Jeff Roe a annoncé 
lundi sur Twitter qu'il n'y avait plus qu'une "liste restreinte" 
de candidats pouvant prétendre au poste de vice-président de 
Cruz. Selon la chaîne de télévision ABC, Carly Fiorina serait la 
mieux placée. L'ancienne patronne de Hewlett-Packard était elle 
aussi candidate à l'investiture républicaine avant de se retirer 
de la course en février. 
    En principe, les participants à la primaire attendre d'être 
nommés officiellement candidat pour choisir celui ou celle qui 
se présentera à leur côté pour la place de vice-président. 
    Donald Trump a poursuivi ses critiques contre ses rivaux. 
    "Cela montre qu'ils sont faibles, qu'ils sont pathétiques", 
a-t-il déclaré devant son public à Warwick, dans le Rhode 
Island. 
    Le promoteur milliardaire a affirmé qu'aucun des autres 
sénateurs n'appréciait le sénateur du Texas Ted Cruz et s'est 
moqué du gouverneur de l'Ohio John Kasich pour la façon dont il 
avait pris son petit-déjeuner lors d'une conférence de presse 
retransmise à la télévision lundi matin. 
     
    "SYSTÈME TRUQUÉ" 
    Ted Cruz a expliqué que l'accord conclu avec John Kasich 
visait à empêcher Trump d'être choisi comme candidat du Parti 
républicain à la convention de juillet parce que, dit-il, ce 
choix ferait élire la démocrate Hillary Clinton le 8 novembre. 
    Pour contrer Trump, Cruz et Kasich ont décidé de concentrer 
leurs efforts et leurs ressources dans les Etats où chacun est 
le mieux placé. Cruz tentera de l'emporter dans l'Indiana le 3 
mai sans que Kasich ne participe, puis, le sénateur du Texas 
viendra soutenir le gouverneur de l'Ohio dans l'Oregon le 17 mai 
et au Nouveau-Mexique le 7 juin. 
    Trump a qualifié l'association de ses rivaux dans ces trois 
Etats d'"acte terrible de désespoir". 
    "Vous savez, si vous agissez de concert dans les affaires ou 
à la Bourse, on vous met en prison", a déclaré Donald Trump à 
Warwick. "Mais en politique, parce que c'est un système truqué, 
parce que c'est une entreprise corrompue, en politique, on a le 
droit d'être de mèche", a lancé le magnat de l'immobilier. 
    Cette alliance entre deux prétendants est sans précédent 
dans une campagne présidentielle de l'époque moderne aux 
Etats-Unis et montre la panique qui s'est emparée des 
adversaires de Trump après sa victoire éclatante à la primaire 
de l'Etat de New York la semaine dernière, explique Larry 
Sabato, directeur du Centre pour la politique, à l'université de 
Virginie. 
    "Ils savent qu'il va avoir une grande soirée demain", 
ajoute-t-il. En l'absence de bouleversement, Trump va être 
désigné. Ils doivent donc faire quelques chose d'important pour 
bouleverser la situation. Ils l'espèrent avec cela. Peut-être 
que ce sera le cas, peut-être pas." 
    "Un grand nombre d'observateurs les pressaient de le faire 
il y a plusieurs semaines, voire plusieurs mois, juste après le 
départ de Rubio", a-t-il ajouté, faisant allusion à Marco Rubio, 
le jeune sénateur de Floride qui a renoncé à briguer 
l'investiture républicaine le mois dernier après avoir perdu 
face à Trump dans son propre Etat. 
 
 (Avec Susan Heavey et Doina Chiacu; Danielle Rouquié pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant