USA 2016-Trump promet d'aller jusqu'au bout malgré le scandale

le , mis à jour à 23:46
0
    * Le candidat républicain lâché par le haut de son parti 
    * Certains signes montrent un soutien de la base 
    * Trump dit sur Twitter bénéficier d'un "énorme soutien" 
    * Deuxième débat télévisé de la campagne à 21h00 (01h00 GMT) 
 
 (Actualisé avec commentaires d'Obama) 
    par Richard Cowan et Steve Holland 
    WASHINGTON/ST. LOUIS, 9 octobre (Reuters) - Donald Trump a 
confirmé dimanche son intention de se maintenir dans la course à 
la Maison blanche face à ceux qui l'appellent à renoncer à un 
mois du scrutin, attaquant les figures de son parti et disant 
bénéficier d'un "énorme soutien", après le scandale provoqué par 
ses propos grossiers sur les femmes. 
    A quelques heures de son deuxième débat télévisé avec sa 
rivale démocrate Hillary Clinton, le candidat républicain à la 
Maison blanche a choisi les réseaux sociaux pour tenter de faire 
taire les spéculations sur son éventuel retrait de l'élection 
présidentielle américaine du 8 novembre. 
    "Enorme soutien (sauf de certains dirigeants républicains). 
Merci", a lancé le magnat de l'immobilier sur Twitter. 
    "Tant d'hypocrites moralisateurs. Regardez leurs résultats 
dans les sondages - et aux élections - au tapis !", a encore 
twitté Donald Trump. Il s'adressait apparemment aux républicains 
qui lui ont retiré leur soutien et qui remettent leur mandat en 
jeu aux élections au Congrès qui se tiennent en même temps que 
la présidentielle. 
    Une vingtaine de personnalités politiques du Grand Old Party 
(GOP) ont retiré leur soutien au promoteur new-yorkais après la 
diffusion vendredi d'une vidéo tournée en 2005 dans laquelle il 
profère des propos machistes et grossiers au sujet des femmes. 
    Sur la vidéo, divulguée par le Washington Post, on entend 
Donald Trump, alors une star de la télé-réalité, évoquer sa 
tentative de séduction d'une femme mariée et le loisir que l'on 
peut s'accorder, si l'on est connu, de tripoter les femmes. Ces 
images avaient été enregistrées quelques mois après le mariage 
de Donald Trump avec Melania, sa troisième femme. 
    Dans ce contexte, la pression sera énorme sur le candidat du 
Grand Old Party pour le débat qui commencera à 21h00 (01h00 
GMT)à l'université Washington à St. Louis (Missouri). Selon CNN, 
la première question portera sur le tollé suscité par les propos 
du promoteur new-yorkais. 
    Lors d'un événement lié à la campagne électorale qui se 
tenait dimanche à Chicago, Barack Obama est entré dans la 
polémique, disant que les propos de Trump n'avilissaient pas 
seulement les femmes, mais aussi les minorités, les immigrants 
et les personnes de religions autres que chrétienne. 
    "Il se donne de l'importance en abaissant les autres", a 
déclaré le président qui a estimé que cela montrait que le 
candidat républicain se sentait "peu sûr" de lui.     
     
    "HONTE À VOUS!" 
    Malgré le scandale, certains signes montrent que Donald 
Trump est encore soutenu par sa base. Selon un sondage 
Politico/Morning Consult réalisé juste après la révélation de la 
vidéo, 39% des électeurs estiment que Donald Trump, qui est âgé 
de 70 ans, doit se retirer et 45% qu'il doit rester. Sur ceux 
qui disent que Trump doit partir, 12% seulement se disent 
républicains. 
    Au moins deux gouverneurs républicains, dix sénateurs et 11 
députés à la Chambre des représentants, dont Paul Ryan, son 
président, ont retiré leur soutien à Trump, certains lui 
demandant même de retirer sa candidature. 
    Dans le cadre de sa contre-attaque, l'équipe de campagne a 
diffusé des "points de discussion" à ceux qui soutiennent Trump 
dans les médias dans le but de minimiser l'abandon des 
personnalités républicaines. 
    "Ils sont davantage préoccupés par leur avenir politique que 
par l'avenir du pays", lit-on dans une copie de ces documents 
qui ont été présentés à Reuters par des proches du candidat. 
    L'ancien maire de New York, Rudy Giuliani, qui conseille 
Trump, a déclaré sur les plateaux de télévision des émissions du 
dimanche que le candidat républicain pourrait décider de 
contre-attaquer lors du débat en rappelant les infidélités 
passées de l'époux de Hillary Clinton, l'ancien président Bill 
Clinton. 
    Donald Trump pense qu'il doit à ses partisans de rester dans 
la course, a déclaré Rudy Giuliani sur NBC. 
    "A l'évidence, il se sent très mal sur ce qu'il a dit; il 
s'en est excusé", a déclaré l'ex-maire de New York. "Ce qu'il 
aimerait faire c'est de passer aux problèmes que doivent 
affronter les Américains." 
    Lors d'un meeting samedi dans le Wisconsin, Paul Ryan, qui 
avait demandé à Trump de ne pas venir après la diffusion de la 
vidéo, a été chahuté par les partisans de Trump. 
    "Vous feriez mieux de soutenir Trump!", ont-il crié. "Vous 
lui avez tourné le dos. Honte à vous!" 
 
 (Avec Jeff Mason à St. Louis, Alana Wise, Susan Heavey, Susan 
Cornwell et Andy Sullivan à Washington et Emily Flitter à New 
York; Benoît Vanoverstraeten Danielle Rouquié pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant