USA 2016 -Trump conforte son avance, Clinton contient Sanders

le
0
    par Luciana Lopez et Steve Holland 
    LAS VEGAS, Nevada/COLUMBIA, Caroline du Sud, 21 février 
(Reuters) - D onald Trump a remporté samedi la primaire 
républicaine en Caroline du Sud tandis que Hillary Clinton s'est 
imposée dans les caucus démocrates du Nevada face à son rival 
Bernie Sanders, qui a tout de même réalisé une bonne 
performance.  
    L'étape de Caroline du Sud, la troisième sur la route des 
primaires républicaines, a été fatale à Jeb Bush, qui a jeté 
l'éponge après avoir fini à une lointaine quatrième place, 
laissant cinq candidats en lice désormais pour l'investiture du 
Grand Old Party (GOP).   
    Après dépouillement dans 99% des bureaux de vote, Donald 
Trump s'impose avec 32,5% des voix, devant Marco Rubio (22,5%), 
Ted Cruz (22,3%), Jeb Bush(7,8%) John Kasich (7,6%), et Ben 
Carson (7,2%).  
    Donald Trump obtiendrait ainsi 44 délégués en vue de la 
convention du Parti républicain en juillet. Il avait déjà 
remporté le New Hampshire le 9 février dernier après avoir été 
battu par l'ultraconservateur Ted Cruz dans les caucus de 
l'Iowa, qui ont donné le coup d'envoi de la campagne des 
primaires le 1er février. 
    L'homme d'affaires est en tête des sondages dans les onze 
Etats qui voteront le 1er mars prochain lors du "Super Tuesday" 
et paraît donc bien placé pour être investi, un résultat qui 
semblait totalement inenvisageable lorsqu'il s'est présenté 
l'été dernier.  
    "Cela va être difficile pour lui de dérailler à ce stade", 
estime Hogan Gidley, ancien conseiller de l'ex-candidat 
républicain Mick Huckabee.  
    Le magnat de l'immobilier, dont l'hostilité affichée à la 
politique menée à Washington ou le "parler vrai" séduisent une 
bonne partie de la base de l'électorat républicain, a été 
déclaré vainqueur en Caroline du Sud environ une heure après la 
fermeture des bureaux de vote. 
    Face à lui, le sénateur de Floride Marco Rubio et le 
sénateur du Texas Ted Cruz peuvent prétendre incarner la 
principale alternative. 
     
    JEB BUSH ABANDONNE 
    Autre concurrent en lice, le gouverneur de l'Ohio John 
Kasich se concentre sur les Etats du Nord et du Middle West pour 
gagner des délégués en vue de l'investiture. 
    Jeb Bush, qui avait déjà réalisé de piètres performances 
dans l'Iowa et le New Hampshire, a perdu l'espoir de suivre les 
traces de son père George H.W. et son frère George W. à la 
présidence des Etats-Unis et annoncé son retrait. 
    "Le peuple de l'Iowa, du New Hampshire et de Caroline du Sud 
s'est exprimé, et je respecte sa décision", a déclaré Jeb Bush, 
visiblement ému, à Columbia, la capitale de Caroline du Sud. 
    Le frère cadet de George W. Bush était pourtant donné comme 
favori des primaires républicaines l'année dernière mais il n'a 
pas réussi à transformer dans les urnes le net avantage 
financier dont il bénéficiait grâce aux collectes de dons.     
    Côté démocrate, Hillary Clinton a remporté les caucus 
démocrates du Nevada avec 52,7% des voix face à la concurrence 
plus rude que prévu de son rival Bernie Sanders (47,3%). 
    Cette victoire devrait contribuer à calmer les inquiétudes 
des partisans de Clinton sur l'efficacité de sa campagne, en 
privant le sénateur du Vermont d'un succès qui aurait été très 
porteur dans un Etat où les minorités représentent un tiers de 
l'électorat. 
    Mais la petite marge avec laquelle l'ex-secrétaire d'Etat 
s'impose, dans un Etat où elle était au départ supposée 
l'emporter très largement, suggère que la course à l'investiture 
du Parti démocrate pour l'élection présidentielle du 8 novembre 
pourrait être longue et disputée. 
     
    SANDERS DONNE RENDEZ-VOUS AU 'SUPER TUESDAY' 
    "Certains ont peut-être douté de nous, mais nous n'avons 
jamais douté", a lancé Hillary Clinton à ses partisans. "C'est 
votre campagne." 
    La prochaine étape des primaires démocrates aura lieu le 27 
février en Caroline du Sud. Mais Bernie Sanders s'est fixé comme 
grande échéance le "Super Tuesday" du 1er mars. 
    Le sénateur du Vermont a affirmé que la convention démocrate 
de juillet prochain à Philadelphie, qui entérine la nomination 
du candidat à la présidentielle, serait le théâtre de "l'un des 
plus grands bouleversements politiques dans l'histoire des 
Etats-Unis". "La dynamique est avec nous", a-t-il dit.  
    La performance de Bernie Sanders est d'autant plus notable 
que le sénateur, qui incarne l'aile gauche du Parti démocrate, 
se présentait pour la première fois dans un Etat comptant un 
fort électorat noir et hispanique, après avoir fait pratiquement 
jeu égal avec Hillary Clinton dans le caucus de l'Iowa, puis 
après l'avoir nettement battue lors de la toute première 
primaire, dans le New Hampshire, deux Etats à population 
essentiellement blanche.  
    L'équipe de campagne de Hillary Clinton assure qu'après un 
début mitigé, l'ancienne First Lady va passer en tête dans les 
Etats où la population est plus mêlée, qui l'ont 
traditionnellement soutenue et qui sont plus réticents envers 
Bernie Sanders.  
    Les premières analyses du vote dans le Nevada appuient en 
partie cette hypothèse, puisque Bernie Sanders n'a remporté que 
22% des suffrages de l'électorat afro-américain contre 76% pour 
Clinton. Il a en revanche gagné parmi les Hispaniques par 53% 
contre 45%. 
 
 (Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant