USA 2016-Trump a sans doute payé un excès de confiance dans l'Iowa

le
0
    par Steve Holland 
    DES MOINES, Iowa, 2 février (Reuters) - La défaite de Donald 
Trump lundi dans le caucus républicain de l'Iowa au profit du 
sénateur Ted Cruz met en lumière les failles de son dispositif 
pour inciter ses partisans à aller voter et un excès de 
confiance dans son statut de célébrité aux Etats-Unis.  
    Les diatribes anti-establishment du milliardaire 
new-yorkais, qui suscitent l'engouement d'une partie des 
électeurs républicains au niveau national, n'ont pas suffi à 
placer le magnat de l'immobilier en tête des suffrages des 
électeurs de l'Etat du Middle West, séduits par la campagne de 
terrain menée par Cruz, alors qu'une partie des indécis ont 
basculé à la dernière minute en faveur du troisième du scrutin, 
Marco Rubio.  
    Avec 28%, Ted Cruz devance nettement le magnat de 
l'immobilier (24%), lui-même talonné par le sénateur de Floride 
(23%). Ce week-end encore, un sondage du journal local Des 
Moines Register prédisait pourtant une nette victoire de Donald 
Trump. 
    L'ancienne star de la téléréalité a lui-même claironné à 
plusieurs reprises qu'il l'emporterait facilement dans l'Iowa et 
il a ironisé sur la campagne de terrain de ses adversaires dans 
les heures précédant le caucus.  
    "Ils remplissent des bus et des camions. Ils dépensent tout 
l'argent qu'ils reçoivent  (...). Pour notre pays, je veux être 
celui qui dépensera le moins possible et obtiendra les meilleurs 
résultats", a-t-il dit lors d'un meeting. 
    Sa défaite pose désormais la question de savoir s'il est 
capable de transformer dans les urnes ses succès dans les 
sondages.  
    Au lieu de tenter coûte que coûte de convertir tous les 
électeurs républicains à sa cause, Donald Trump a concentré ses 
efforts sur les gens venus assister à ses réunions, dont 
beaucoup n'avaient jamais participé auparavant à un caucus, afin 
de les persuader d'aller voter.   
    Tana Goertz, qui dirigeait sa campagne dans l'Iowa, 
s'assurait en ouvrant les meetings que les participants 
connaissaient bien l'endroit où ils devaient voter.  
    Puis on distribuait des tracts visant à rassurer ces 
électeurs potentiels, en soulignant que le bulletin était secret 
et que "la plupart des caucus prennent moins d'une heure". 
      
    CAVIAR ET CHEESEBURGERS 
    Cette stratégie est aujourd'hui remise en cause par certains 
membres de son entourage.  
    "C'était nouveau pour beaucoup de gens qui le soutenaient", 
explique David McNeer, qui a réussi à mobiliser les partisans de 
Donald Trump dans sa circonscription de Newton. "Il se peut 
qu'au final, certains d'entre eux ne se soient pas déplacés." 
    Le style de campagne de Donald Trump, son goût pour le 
spectaculaire, n'ont sans doute pas aidé non plus le 
milliardaire à séduire les électeurs de l'Iowa, plus enclins à 
lui préférer des candidats de proximité.  
    Arrivé à bord de son jet privé sur lequel son nom figure en 
grosses lettres, Donald Trump a privilégié les grands meetings 
devant des milliers de personnes en promettant d'acheter une 
ferme dans l'Iowa, ou en souhaitant que sa fille enceinte vienne 
accoucher dans l'Etat.  
    Pendant ce temps, Ted Cruz ou Marco Rubio menaient leur 
campagne "à l'ancienne", en rencontrant de petits groupes 
d'habitants dans des restaurants ou des salles de conférence 
d'hôtels.  
    Gary Updegraff, partisan enthousiaste de l'homme d'affaires 
et responsable de circonscription à Des Moines, est persuadé que 
son poulain ajustera sa campagne avant les prochaines échéances 
des primaires, qui se poursuivront le 9 février dans le New 
Hampshire.  
    "C'est un homme très intelligent, il va analyser tout ça 
avec son équipe, il va sans doute en parler à sa famille. Je 
pense qu'il faut qu'il se montre plus authentique", dit-il.  
    Donald Trump a commencé à s'y employer pendant ses derniers 
jours de campagne dans l'Iowa. Il a invité sur scène le prêcheur 
évangéliste Jerry Falwell Jr, lequel a insisté sur les 
contributions du candidat à des causes humanitaires ou relevé 
qu'on ne mangeait pas de caviar, mais des cheeseburgers, à bord 
de l'avion du milliardaire.  
    Mais certains de ses partisans regrettent tout de même qu'il 
ait boycotté le dernier débat entre candidats républicains la 
semaine dernière sur Fox News, au prétexte qu'une journaliste 
lui déplaisait.  
    Dans son discours de défaite, Donald Trump a relativisé son 
résultat en insistant sur la spécificité de l'Iowa. 
    "Iowa, on vous aime", a-t-il dit. "Vous êtes très spéciaux. 
Je pense qu'on pourrait bien revenir ici pour acheter une 
ferme." 
 
 (Jean-Stéphane Brosse pour le service français, édité par Tangi 
Salaün) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant