USA 2016-Sanders va travailler avec Clinton contre Trump

le
0
    par John Whitesides 
    WASHINGTON, 17 juin (Reuters) - Bernie Sanders a promis 
jeudi de travailler avec Hillary Clinton pour battre le 
républicain Donald Trump à l'élection présidentielle du 8 
novembre, sans toutefois mettre formellement fin à sa campagne 
pour l'investiture du Parti démocrate. 
    Dans un discours à destination de ses supporters, le 
sénateur du Vermont n'a pas officiellement rallié la probable 
candidate du Parti démocrate, mais a clairement expliqué qu'il 
entendait désormais se consacrer à la construction d'un 
mouvement populaire pour défendre son programme progressiste et 
transformer le Parti démocrate. 
    "La tâche politique importante qui nous attend dans les cinq 
prochains mois est de faire en sorte que Donald Trump perde, et 
perde de beaucoup. Et j'entends personnellement commencer à 
m'investir dans ce rôle dans très peu de temps", a dit le 
sénateur, qui se trouvait à Burlington, sa ville natale dans le 
Vermont. 
    "Je me réjouis de travailler avec la Secrétaire Clinton pour 
transformer le Parti démocrate pour qu'il devienne un parti de 
gens qui travaillent et de jeunes gens, et pas seulement de 
riches donateurs de campagne", a-t-il poursuivi.  
    Après avoir résisté aux pressions du parti, qui le 
poussaient à quitter la course à l'investiture pour laisser 
Hillary Clinton savourer sa victoire, prononcée la semaine 
dernière, Bernie Sanders a annoncé qu'il continuerait à se 
battre pour réduire les inégalités et le rôle de l'argent dans 
la politique et contrôler Wall Street. 
     
    "L'AMÉRIQUE QUE NOUS POUVONS DEVENIR" 
    "Battre Donald Trump ne peut pas être notre seul but. Nous 
devons continuer nos efforts militants pour créer l'Amérique 
(...) que nous pouvons devenir", a-t-il dit. "Et nous devons 
porter cette énergie jusqu'à la Convention nationale démocrate 
du 25 juillet à Philadelphie, où nous aurons plus de 1.900 
délégués". 
    Bernie Sanders poursuit sa campagne comme un moyen de 
pression pour obliger Hillary Clinton à des concessions en son 
sens, à la fois dans la définition du programme du parti mais 
aussi dans ses statuts, en vue de réformer le mode de nomination 
des candidats. 
    Il a toutefois tacitement reconnu sa défaite. Il s'est 
séparé de certains membres de son équipe, et a renoncé à faire 
le siège des super délégués qui votent comme ils l'entendent et 
auraient pu lui apporter des voix. 
    Bernie Sanders, qui a rencontré l'ex-Première dame mardi 
soir, à la fin des primaires, a dit qu'il continuerait les 
discussions avec elle afin que le Parti démocrate adopte "le 
programme le plus progressiste de son histoire". 
    "Notre vision pour l'avenir de ce pays n'est pas une 
quelconque idée minoritaire. Ce n'est pas une idée radicale. 
C'est une vision de masse. C'est ce que des millions 
d'Américains soutiennent et veulent voir arriver", a-t-il 
déclaré. 
 
 (Julie Carriat pour le service français, édité par Danielle 
Rouquié) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant